L’hybridité : pratiques et perspectives

Présentation des Actes des Journées doctorales du labo Litt&Arts 2020

Télécharger la présentation en PDF

Arthur Pétin, Camille Page, Sam Racheboeuf, Léa Andréoléty

Pour la cinquième année consécutive, les doctorant·e·s du laboratoire Litt&Arts ont pu organiser, les 29 et 30 septembre 2020, leurs journées doctorales, consacrées cette année à l’hybridité, tant du point de vue des pratiques dans la recherche et les champs littéraire et artistique, que des perspectives que ces gestes hybrides dessinent.

Alors que les journées étaient prévues pour la mi-avril puis ont été reportées du fait de la situation sanitaire, nous avons eu la chance de pouvoir maintenir ces deux jours de rencontres et de discussions entre jeunes chercheur·se·s, et de nous réunir à l’Université Grenoble Alpes, masqué·e·s mais bien présent·e·s. Après un confinement durant lequel nous avions tou·te·s pu mesurer combien les discussions et le partage entre collègues constituaient bien une dimension essentielle de notre travail, il nous semblait d’autant plus important de rendre possible la tenue de ces journées. La publication numérique des actes nous permet de prolonger cet espace de dialogue, et nous remercions vivement notre collègue doctorante, Anaïs Tillier, d’avoir rendu possible la mise en ligne et la valorisation de ces différents travaux. Continuer la lecture

Programme

Les Journées Doctorales 2021 se dérouleront à distance, via ce lien Zoom.

Mardi 18 mai

Matin (9h30-12h)
Accueil plus introduction : 9h30-9h45

La narration à l’épreuve du temps : temps déréglés, récits morcelés
• Antonino Sorci (Université Sorbonne-Nouvelle), « La présence d’esprit. Mélancolie et configuration narrative. » (9h45)
• Raluca Petrescu (Université Grenoble Alpes), « La durée hypnotisée : trois expériences lyriques de court-circuit temporel (Shakespeare, Eminescu, Pozzi) » (10h20)

Pause

• Adrien Gautier (Université Grenoble Alpes), « Esthétiques du fragment littéraire et expérience de l’espace-temps à l’ère de la mondialisation (Mauvignier et Massera) » (11h10)

Pause

Après-midi (13h30-16h05)

Temps personnel, temps collectif et emploi du temps : l’héritage historique fracturé
• Alexandre Melay (Université de Lyon), « De l’histoire au présent. Métamorphoses culturelles, scénarios uchroniques et anachronismes dans l’art contemporain. » (13h30)
• Narguess Shahmohammadi (Université de Lille), « La continuité du soi à travers le dérèglement du temps : le cas de Désorientale de Négar Djavadi » (14h05)
• Kieran Puillandre (Université Grenoble Alpes), « Chris Marker, Jean Daniel Pollet : L’instant retrouvé. États d’une recherche entre photographie et cinéma. » (14h40)

Pause

• Audrey Dominguez (Université Grenoble-Alpes), « Fanzine déréglé, le temps du chercheur» (atelier) (15h30)

Mercredi 19 mai

Matin (9h30-12h20)
Accueil plus introduction : 9h30-9h45

Temps et création : la fabrique artistique du temps
• Vincent Lecomte (Université Jean Monnet-Saint-Etienne), Вид (pièce sonore) (9h45)
• Ariane Carmignac (Université de Lille), « Le temps, passé ? Dilatations, dilutions, procrastinations et autres (in)féconds petits divertissements : des différentes manières de laisser passer le temps au lieu d’œuvrer. » (10h20)

Pause

• Laurence Doucet (Université Grenoble-Alpes), « Traverser les temps de Merlin : (re)découverte du temps et de la vitesse dans le Merlin en prose et approche non exhaustive des origines et descendance du devin sans âge. » (11h10)
• Carolane Sanchez (Université Bourgogne Franche-Comté), accompagnée de Stella Broyer et Elise Rodriguez (Master 2 Recherche) « Restitution du dispositif pédagogique recherche-création Fragments de temps » (11h45)


Jour J – JD 2021 via Zoom

Programme

Mardi 29 septembre

9h30 : accueil des participant·e·s

10h : Introduction – L’hybridité : « Pratiques et Perspectives »

10h30 : Hybridité textuelle – Modération : Camille Page

  • Simon Albertino (UGA) « Le conte littéraire romantique Russe : un conte populaire transformé ? »
  • Sabine Gamba (Université d’Aix-Marseille) : « Pour une littérature hybride : polygraphie et intermédialité dans l’œuvre de Wajdi Mouawad »
  • Paterne Makounga Nzamba (UGA) : « Les titres : instances d’affirmation dans la littérature francophone »
  • Discussion

Déjeuner

14h : L’espace hybride au cinéma – Modération : Arthur Pétin

  • Marion Labouebe (UGA) : « Le paysage chez Andreï Tarkovski et Wim Wenders, révélateur ou corps sans organes ? »
  • Discussion

14h30 : Hybridité de l’art contemporain, recherche – Modération : Sam Racheboeuf

  • Gislain Essomle Lele (Université Jean Monnet Saint Etienne / Université de Maroua) : « Le Persiles et ses éditions illustrées. Rapports texte/image et esthétique de l’hybridité dans Visiones del Persiles de Felipe Alarcon Echenique (2017) » en visioconférence
  • Vincent Lecomte (Université Jean Monnet Saint Etienne) : « Patricia Piccinni dans L’intimité de la Chambre »
  • Discussion

Pause

16h : Hybridité de l’art contemporain, création

  • Vincent Lecomte : présentation d’une pièce électroacoustique « Le Silence des Sirènes » ainsi que d’une série de dessins Les Confins
  • Discussion

Fin de la journée (16h30-17h)

Mercredi 30 septembre

9h : accueil des participant·e·s

9h30 : Le corps hybride et ses représentations – 1/2 Modération : Jeannie Croset

  • Hélène Jager (UGA) : « Entre sein et mamelle. La tétine féminine et animale dans des sources iconographiques (XIIIe-XVe siècle)
  • Erika Padova (UGA) : « Création esthétique et réalité chez Villiers de L’Isle-Adam, Oscar Wilde et Gabrielle d’Annunzio : une réponse hybride au dualisme âme-corps »
  • Discussion

Pause

11h : Le corps hybride et ses représentations 2/2 Modération : Julia Pont

  • Célia Mugnier (UGA) : « Postmoderniste, postsoviétique, post-utopie : l’hybridité Russe contemporaine »
  • Pierre Bas (CNRS/EHESS) : « Les héros hybrides à travers Hollywood : interroger notre humanité ? »
  • Discussion

Déjeuner

14h30 : Au croisement des disciplines – Modération : Léa Andréoléty

  • Marie-Laure Delaporte (Université Paris Nanterre / Centre Allemand d’histoire de l’Art DFK Paris) : « Les artistes ont-ils peur de Mario et Lara ? »
  • Maddalena Napolitani (SACRe, Université PSL) : « Cabinets de curiosités et hybridité entre arts et sciences : du XVIe siècle à nos jours »
  • Adèle Yon (SACRe, Université PSL) : « Le film industriel dans les archives de Saint-Goblain : un objet hybride et sa conservation »
  • Discussion

Pause

16h : Table ronde – discussion : Le·la jeune chercheur·se en terrain hybride – Modération Léa Andréoléty, Camille Page, Arthur Pétin, Sam Racheboeuf

Fin des Journées Doctorales (17h-17h30)

Programme

10 avril 2017

Grande salle des colloques bâtiment G, bâtiment Stendhal

    9h. ACCUEIL ET PETIT DÉJEUNER
9h30. Introduction des Journées Doctorales, Francis Goyet  

Panel 1 : La danse de l’écriture. Modérateur Martin Givors  

10h. Le rythme et la danse. Approche d’une écriture. Laura Fanouillet, Litt&Arts  
10h30. Narra. La signature rythmique de l’auteur.e. Claude Patricia Tardif, AI-AC, Paris 8  

11h. PAUSE CAFÉ  

11h10. Rythmes du récit de soi : enjeux des discontinuités graphiques, syntaxiques et narratives. Odile Chatirichvili, Litt&Arts  

11h40. Synthèse du panel  

12h. REPAS  

Panel 2 : La force du temps. Modératrice Clizia Centorrino  

13h30. Rythme poétique et âges de la vie à la fin du Moyen Âge : sur un poème d’Eustache Deschamps. Camille Brouzes, Litt&Arts  

14h. Entre mimesis et poesis : flux narratif et rythme intérieur dans le roman Théano, par Margareta Miller-Verghy. Mihaela Bacali, Litt&Arts

Panel 3 : Motifs et variations. Modératrice Clizia Centorrino  

14h30. La répétition comme possibilité. Alicia Rodriguez Campi, Litt&Arts/U. A. de Barcelona  

15h. Le rythme des stations – voies alpines au cours de l’Antiquité tardive. Yann Bonfand, Luhcie, UGA  

15h30. Synthèse des panels  

15h45. PAUSE CAFÉ

Ateliers
16h. Chorégraphies de nos yeux sur la page /Les voix de la parenthèse : lectures en décrochage – Ateliers de lecture proposés par Odile Chatirichvili  

17h. Percevoir les rythmes, ré-animer la matière ? – Atelier de pratique corporelle par Martin Givors  

18h. Projection Noir-Écran d’Eric Pellet, et débat – Eric Pellet, séance proposée par Clizia Centorrino  

REPAS PARTAGÉ EN VILLE

11 avril 2017

Amphithéâtre de la MSH alpes

  9h30. ACCUEIL ET PETIT DÉJEUNER  

Panel 4 : Polyrythmies cinématographiques. Modérateur David Sierra  

10h. L’inter-rythmie esthétique comme narration du souvenir pur dans Le Miroir d’Andreï Tarkovski, Marion Labouebe, Litt&Arts  

10h30. La couture du regard. Rythmiques du visage au cinéma, Alice Lenay, Litt&Arts  

11h. PAUSE CAFÉ  

11h10. Le formidable embrayeur des frères Lumière. Quelques Propositions éco-rythmiques, Jacopo Rasmi, Litt&Arts  

11h40. Synthèse du panel  

12h. REPAS  

Panel 5: La vie des dispositifs. Modératrice Nina Soleymani Majd  

13h30. Rythmes de création(s) collective(s) : circulations Art/Recherche. Amandine Dupraz, Litt&Arts, EXPERICE, Paris 8  

14h. Tables et troubles. Madeleine Aktypi, Litt&Arts  

14h30. Synthèse du panel  

14h45. PAUSE CAFÉ  

Atelier  

15h. Comprendre le milieu de l’édition scientifique UGA Éditions

Appel à communications

Qu’est-ce que la notion de rythme rend visible et énonçable dans chacune de nos recherches ?


Avec Gilles Deleuze, nous pourrions comprendre la notion de rythme comme l’évolution, dans le temps et dans l’espace, de rapports entre plusieurs éléments (des corps, des images, des mots, des personnages, des lieux…). Une œuvre littéraire, un spectacle de danse ou un film, peuvent être conçus comme des processus rythmiques, où des rapports spatio-temporels sont agencés, travaillés, détournés (à partir d’une page, d’un montage, d’une scène…), et bien sûr, saisis, partagés, reçus.

Dans son acception courante, le rythme n’est identifiable que s’il est périodique, c’est-à-dire structuré et répété. Ainsi en va-t-il du rythme des saisons, du rythme de croissance et de décroissance des individus, des empires, des institutions, du rythme de la tragédie, inscrit paraît-il dans le marbre comme le destin de ses personnages : exposition, nœud, dénouement. On en distingue alors les différentes phases, on en étudie l’ordre, d’un point de vue souvent structuraliste.

Mais il est également envisageable de penser le rythme comme un flux, une manière de fluer dans l’espace et dans le temps. Il s’agit alors de l’étudier, en quelque sorte, comme un écoulement, non-assujetti par sa fin ni par un schéma d’évolution préétabli. Il serait alors un processus perpétuel d’orientation, c’est-à-dire d’évolution avec un monde mouvant. On pourrait ainsi affirmer que «vivre, c’est devenir» (Laplantine), et que l’analyse de ce devenir est précisément le sujet de l’analyse rythmique.

Dans l’expression « avoir le sens du rythme » il est question de sentir le rythme, de (se) le rendre sensible — avec sa direction et ses effets. Mais c’est aussi encore le «sens» de ce rythme qui est en jeu, sa raison d’être. 

En esquissant quelques catégories communes, on pourrait capter, exposer et comparer les phénomènes rythmiques auxquels tout dispositif nous confronte : échelle des cycles / passages, accélération / ralentissement, mouvement / stase, coordination / contraste, synchronie / diachronie, compatibilité / incompatibilité, individuel / commun… tout en leur reconnaissant une singularité rythmique propre.

Car chaque dispositif artistique prend une position en configurant son rythme.
La construction d’un plan dans un film, une certaine configuration narrative ou linguistique dans un texte, le déroulement d’une performance par exemple nous donnent des rythmes à pratiquer et à penser. Ils dé-montent (contre-rythmes) et re-montent les espaces-temps dans lesquels nous — nos corps sensibles — vivons, des espace-temps où des questions éthiques et politiques de rythme sont incontournables : accélérer ou ralentir, ouvrir ou retenir, avancer ou reculer, converger ou diverger ?