ATER et thèse

Ce qui suit est un document de travail ; plusieurs pistes de réflexion sont en cours d’élaboration. Ne pas hésiter à nous signaler des corrections ou ajouts.

Sommaire

1) Aspects pratiques et juridiques sur le statut d’ATER (service, salaire, conditions d’exercice)

2) Modalités de candidature

  • Plateforme Galaxie
  • Phases de recrutement

3) Bonnes pratiques et conseils pour la campagne

  • Stratégie générale (mobilité, coût, sections, planning)
  • État d’esprit
  • Conseils sur le dossier (centraliser et dématérialiser, lettre de motivation, CV)
  • ATER et Éducation nationale

4) La thèse et l’ATER

1) Aspects pratiques et juridiques sur le statut d’ATER

Général : ATER signifie Attaché-e Temporaire d’Enseignement et de Recherche. C’est un contrat temporaire, de type CDD, de six mois ou un an. A la différence d’autres contrats précarisés (CDD LRU par exemple), l’activité de recherche est comprise dans la rémunération et compte pour 50%. Il existe deux types d’ATER : à temps plein, et à 50%. Seul le contrat à 50% (“demi-ATER”, ou parfois “ATER montant”) peut être ramené à un semestre (6 mois). Attention, seules ces deux possibilités existent (6 mois ou 12 mois), les autres sont plus ou moins irrégulières, surtout si la période couverte par le contrat exclut les vacances ! > bien lire son contrat avant de le signer

Service :

  • ATER plein : 192h éTD (soit le même cadre de référence que les MCf) ;
  • demi-ATER : 96h éTD.

Comme les doctorant-es contractuel-les, l’ATER peut faire des TD, des CM ou des TP . Dans ce cas, bien s’assurer que les heures CM sont converties sur le décompte du service en heures éTD (rappel : 1h CM = 1,5 éTD). Les ATER ne sont pas autorisées à faire des heures complémentaires : ne pas accepter les surveillances/TD gratuits, même si seulement 2/4h de plus. Les ATER peuvent avoir des décharges pour activités administratives, mais c’est très rare ; l’encadrement des étudiants hors heures de cours (jurys, réunions diverses) s’apparente donc à du travail gratuit. Droit au cumul, comme les autres personnels enseignants de l’ESR.

  • Enseignement théoriquement en L et/ou en M + préparation concours, en pratique généralement en L.

Salaire (attention, pas 100% sûr avec l’impôt à la source) :

  • ATER plein : env. 1650€ net + prime annuelle de recherche de 1230€ env. :
  • demi-ATER : env. 1200€ net + prime annuelle de recherche de 600€ env.

Quelques remarques.

  • Le traitement du demi-ATER est donc supérieur à celui de l’ATER quand on le ramène au service d’enseignement (traitement /h = 50€ pour l’ATER / 75€ demi-ATER), même si ce type de calcul ne va pas sans problème ; toutefois, il ne faut donc pas penser que les demi-ATER recouvrent des postes plus précaires que les ATER pleins (en réalité, ils coûtent plus cher à l’université). Dans certaines circonstances, s’il est sur le lieu de résidence notamment, le demi-ATER peut se révéler plus judicieux pour finir une thèse.
  • La prime de recherche : elle est due à tout ATER. Plusieurs types de versement : en une fois à la fin de l’année, en deux fois (Noël / juin), mensualisée (comme à l’UGA).
  • Normalement, pas de variation du salaire entre deux facs, même s’il existe des rumeurs d’une éventuelle prise en compte de l’ancienneté/échelon EN.
  • Prévoir, comme c’est le cas avec tout type de contrat à l’université (contrat doc normalement), une période de latence pour le salaire après le recrutement.

Conditions d’exercice :

  • Nombre de contrats : on peut normalement faire un an d’ATER, renouvelable une fois si les travaux de recherche le justifient. Exception (notable) pour les fonctionnaires catégorie A, principalement des titulaires d’un concours de recrutement (CAPES ou agrégation indistinctement), qui ont le droit à trois ans d’ATER, renouvelables une fois. Renouvelables : en pratique, on ne demande pas de preuve matérielle de la justification du renouvellement (cf. suite). Ces deux ans / quatre ans prennent en compte tous les contrats d’ATER (= ne fonctionne pas par université) ;
  • conditions de recrutement : il existe plusieurs statuts permettant de demander un ATER. En pratique, n’importe qui à partir de la préparation du doctorat peut candidater : doctorant-e (ou personne allant commencer un doctorat, si fonctionnaire), docteur-e, et même qqn qui prépare une HDR ou cherche un poste de PR (rarissime dans les faits sans doute). Il y a souvent une pièce “symbolique” à remplir concernant ce statut : attestation que la thèse peut être finie dans l’année (si encore doctorant-e), attestation qu’on se présentera à un concours de recrutement de l’ESR pour les docteur-es, etc. Ce document n’est pas contraignant (chez nous en tout cas) : inutile de stresser à ce sujet. Attention, la signature du/de la DDR est requise pour l’attestation de soutenance prochaine, et parfois celle de l’ED également. Pas de limite d’âge, sauf ATER ancien moniteur-trice (33 ans). En pratique, les ex-moniteurs peuvent souvent candidater comme fonctionnaire catégorie A.

> Attention : si l’on satisfait à plusieurs catégories (par ex. fonctionnaire, article 2.1, et doctorant finissant sa thèse dans l’année, article 2.5), il faut absolument candidater au titre de la catégorie la plus avantageuse (ici, 2.1 puisque 4 années d’ATER possibles).

> Attention (2) : une année de demi-ATER compte (hélas) comme une année pleine au regard du cumul des postes ; donc 2 demi-ATER en parallèle ne font pas une seule année d’atérat ; en revanche, 2 demi-ATER cumulés sur une année avec des contrats semestrialisés (sans doute rarissime) comptent sans doute pour une seule année.

> Attention (3) : le renouvellement n’est jamais de droit. A l’issue de son CDD (6 mois ou 1 an), l’ATER doit repasser le concours de recrutement. Ce peut être une formalité, mais il doit participer à la campagne, le poste doit être publié, etc.

Bonus : quand les UFR créent-elles des ATER ? Plusieurs cas de figure. Le plus fréquent : un ATER est créé suite à une absence de titulaire : retraite (MCf/PR), mutation (MCf/PR), mobilité interne (MCf > PR), congés divers (CRCT, délégations CNRS, etc.). Dans le cas d’un départ définitif, l’ATER fait la jointure entre l’année du départ du/de la titulaire et l’année de recrutement d’un-e nouveau-elle titulaire. Conséquence positive : un ATER peut souvent ouvrir la voie à un recrutement MCf ; conséquence négative : ces ATER durent un an seulement. Parfois, le poste en question est gelé ou disparaît, sans que le besoin d’enseignement diminue. L’ATER peut donc devenir “structurel” (concept absurde et contradictoire avec la définition même des ATER). Dans ce cas, possibilité d’enchaîner 2, 3 ou 4 ans dans le même endroit. Enfin, les universités peuvent créer des ATER/demi-ATER spécifiquement pour les doctorant-es en fin de thèse.

2) Modalités de candidature

Plateforme gouvernementale pour candidater : Galaxie / Altaïr (section dédiée aux ATER), comme pour les recrutements MCf, la qualification, etc.

Lettre d’information : Galaxie propose une lettre d’information avec tous les postes publiés dans les facs qui passent par la plateforme. Il est indispensable de s’y inscrire https://galaxie.enseignementsup-recherche.gouv.fr/antares/newsletter.jsp?acs=can : cela permet de recevoir un email à l’ouverture d’un poste + quelques jours avant sa fermeture. On peut sélectionner les types de poste (ATER, MCf, PR) et les sections. Il peut être intéressant de prendre des sections voisines de la sienne, au moins pour info.

Liste des offres : https://galaxie.enseignementsup-recherche.gouv.fr/antares/can/astree/index.jsp (attention, site pas très accessible). Première fois : créer un identifiant, à bien retenir (petit délai à prévoir). Puis, sélectionner “nouvelle candidature”, avec une ou plusieurs sections CNU, sans restriction géographique ou mot clef, pour obtenir la liste de tous les postes ouverts ou bientôt publiés. La liste permet d’accéder aux profils des postes (également disponibles dans la newsletter).

  • Remarque : la fiche de poste est assez rarement détaillée. En littérature française, on trouvera généralement le siècle, mais pas beaucoup plus : il s’agit plutôt du sous-domaine (litté latine / grecque, médiévale, moderne, contempo, etc.). Sur le site de l’université, les fiches de poste peuvent être plus précises. Les informations importantes de la fiche de poste sont : le contact administratif ; le mode de candidature (cf. suite) ; la case “vacant” ou “susceptible d’être vacant”. “Vacant” : le poste sera pourvu (sauf catastrophe) ; “susceptible d’être vacant” : on pressent le départ à la retraite, la mutation/promotion d’un enseignant ou un CRCT/congé, mais rien ne dit que le support sera effectivement libre ni que le poste sera créé.

Candidature : en deux phases.

1) D’abord, un certain nombre d’informations à entrer sur son profil. Ces informations sont sauvegardées pour les candidatures à venir (sorte de CV réduit). Ne pas hésiter à remplir au maximum les cases et à d’abord un fichier hors ligne, sur son ordinateur,  pour éviter toute suppression intempestive lors de la saisie sur le formulaire. A la fin, Galaxie produit un fichier récapitulatif à conserver et, parfois, signer, car il peut être requis dans les pièces justificatives.

2) Ensuite : des pièces justificatives. L’envoi des pièces justificatives n’est pas centralisé : il faut les envoyer à chaque université, alors même que beaucoup sont standardisées (justificatif de situation notamment, ou récapitulatif Galaxie). Généralement, chaque fac a son propre dossier de candidature, qu’il faut imprimer et remplir.

  • L’envoi est généralement dématérialisé (quelques résistances, où un dossier papier est requis : Tours, Bordeaux le faisaient jusqu’à récemment).
  • Il se fait la plupart du temps sur un site dédié (spécifique à chaque fac), avec souvent “dematec” dans l’adresse. Un identifiant est créé sur ce site au moment où la candidature Galaxie est soumise. Il faut donc s’y prendre un peu en avance, en essayant de valider la première partie du dossier au plus tard 48h avant la fin des candidatures.
  • Pièces justificatives : pour le statut de doctorant = justificatif d’inscription ; de fonctionnaire = arrêté de promotion/classement/détachement + souvent, on demande de remplir une pré-demande de détachement auprès de son académie à la rentrée (elle sera automatiquement envoyée par l’université qui recrute au rectorat). S’ajoutent des pièces plus attendues, CV, parfois liste publis, lettre motivation, pièce d’identité… Certaines pièces demandent un tampon de l’ED.

Remarque : calendrier très distendu, va de fin janvier jusqu’à juillet, voir septembre/octobre.

Attention : toutes les facs ne passent pas par Galaxie, même si aujourd’hui le cas est minoritaire. Pour ces autres facs, la procédure ne diffère pas beaucoup : un dossier de candidature à peu près standard, mais pas de passage par Galaxie. Le principal problème dans ce cas de figure est l’accès à l’information : il faut savoir qu’un poste est ouvert et quand il l’est : fonctionne sur le bouche-à-oreille. Repérage à la main : chercher dans la rubrique “recrutement” des facs.

> Mise en commun des facs qui fonctionnent comme cela : Paris-IV, Collège de France, autre ?

Candidatures spontanées : il y a quelques années, c’était la norme ; aujourd’hui, avec la centralisation des candidatures sur Galaxie et la “transparence” progressive des recrutements ATER, c’est plus rare. Souvent, les candidatures spontanées reçoivent une fin de non-recevoir (“s’il y a un poste, il sera publié sur Galaxie”). Cependant, si on sait qu’un poste va ouvrir quelque part (et qu’il est très intéressant), on peut éventuellement envoyer une candidature spontanée, pour faire connaître sa candidature. Composition du dossier : lettre de motivation au directeur/directrice d’UFR + CV.

Phase de recrutement : le recrutement est généralement annoncé par un personnel enseignant de l’université, membre de la commission de recrutement (email/téléphone). Le candidat doit alors confirmer son acceptation du poste assez rapidement, mais cela donne le temps de réfléchir, voire de temporiser, si l’on attend une autre réponse dans la semaine par exemple. Ensuite, il y a invitation à signer le contrat (important pour obtenir le détachement) + envoi du service.

  • Comment se passe le recrutement du point de vue des recruteurs ? C’est assez opaque (pas de règles comme pour les MCf). Généralement, la commission se compose du directeur d’UFR / directeur de formation / quelques EC de la discipline ; les dossiers sont parcourus très vite. On peut parfois obtenir la date de la commission en écrivant au secrétariat.
  • Entretiens : c’est rare, mais les facs peuvent demander un entretien entre quelques candidats (en mode MCf) : Lyon-III, Nanterre dans certaines filières.
  • Résultats : la transparence est loin d’être totale. Rares sont les universités qui publient en ligne les résultats du concours de recrutement (Strasbourg, Nanterre…). On peut obtenir des informations en écrivant au secrétariat. Généralement, quand le candidat est recruté, les autres candidats classés reçoivent un email (sans mention de classement généralement), mais pas toujours.

> Attention (1) : il y a un temps de latence entre la date de la commission (qui classe les candidatures) et l’officialisation des résultats (1er conseil d’administration restreint).

> Attention (2) : les désistements pour ATER ne sont pas rares : un-e même candidat-e peut avoir plusieurs postes d’ATER. Cela signifie que on peut être contacté plusieurs jours/semaines après la date officielle des résultats, avec deux ou trois désistements devant soi. Il est donc important de rester joignable l’été également.

3) Bonnes pratiques et conseils pour la campagne

Stratégie générale : elle est évidemment propre à chacun, mais il est bon de se demander au début de la campagne l’énergie qu’on est prêt à mettre dans ces recrutements souvent frustrants et ce qu’on est prêt à accepter. Plusieurs points à prendre en compte :

  • la mobilité : est-on prêt à bouger ? Si pas d’ATER dans sa ville, dans quel rayon chercher ? Trois grandes échelles : dans sa région (- de 2h en TER), ce qui n’impose pas de déménager ; en région parisienne ou à moyenne distance (2-4h de transport porte-à-porte), ce qui n’impose pas nécessairement de déménager, mais demande quand même une certaine flexibilité + résistance à la fatigue ; loin (+ de 4h de transport), ce qui, souvent, impose de déménager ou de prendre un logement sur place. Si déménagement ou ATER distant, ne pas sous-estimer les conséquences sur la vie privée ;
  • le coût : bien regarder le prix d’un abonnement en train si ATER à distance, inclure la question du logement si elle se pose, en particulier dans le cas des demi-ATER. Les facs remboursent une partie des abonnements (50% en théorie, mais avec une somme limite, 100€ env. à l’UGA) ;
  • les sections : où candidate-t-on ? On peut candidater dans n’importe quelle section, en théorie (il n’y a pas encore eu de qualification CNU). Evidemment, une section distante de la sienne a très peu de chance de recruter, mais les sections proches sont une possibilité. Réfléchir au surcroît de préparation si enseignement dans une discipline autre. La liste des sections du CNU se trouve ici, pour rappel : https://www.galaxie.enseignementsup-recherche.gouv.fr/ensup/pdf/qualification/sections.pdf
  • le planning : pour ne pas consacrer un temps infini aux candidatures (ce qui peut vite être horriblement chronophage et stressant), prévoir chaque semaine un créneau dédié (une demi-journée ?) pour consulter les nouvelles offres et constituer les dossiers. Ne pas s’y prendre à la dernière minute, parfois certaines pièces justificatives peuvent être refusées (par ex. les justificatifs d’appartenance à la fonction publique, qui ne sont pas toujours simples à retrouver).

Etat d’esprit : les postes d’ATER sont rares et les candidatures nombreuses (90/1 parfois, dans des cas certes extrêmes). Souvent, les postes d’ATER sont réservés à des candidats internes ; tout est joué avant l’ouverture officielle du poste. Ne pas se frustrer, même si le temps consacré aux candidatures (important) est rarement récompensé. Cependant, et en guise de message d’espoir, même dans les facs qui disposent de “bons” candidats internes, il est toujours possible qu’un dissensus, un aléa, etc. amène le recrutement d’un-e externe, donc il vaut mieux plus candidater que de se censurer (outre que cela “fait connaître” le dossier).

Conseils sur le dossier :

  • Centraliser et dématérialiser : essentiel pour gagner du temps (et de l’argent). Il est possible de numériser sa signature et de l’ajouter à même les pdf/documents office, puis de remplir à l’ordinateur les dossiers de candidature. Rassembler toutes les pièces justificatives dans un dossier pour les avoir sous la main. L’arme ultime : signature électronique du/de la DDR pour les attestations diverses.
  • Lettre de motivation : question épineuse : en mettre ou ne pas en mettre ? Quand elle est demandée, il faut la mettre et y consacrer un certain soin (cf. suite). Quand elle n’est pas demandée, difficile de donner un conseil. Certaines commissions les regardent, d’autres non…
  • Même quand elle n’est pas demandée et que le nombre de pièces justificatives est restreint, il est possible de “glisser” la lettre de motivation dans le pdf du dossier de candidature par exemple ;
  • Que mettre dans la lettre de motivation : comme toute lettre de motivation, elle doit être bâtie sur le mode moi/vous/nous : ce que j’apporte, ce que j’aime chez vous, ce qu’on peut faire ensemble. Rappeler brièvement son parcours, ses qualités ; rendre manifeste que l’on connaît le cadre de travail sur place, que l’on s’est renseigné ; mettre en évidence les points de contact. Les recrutements ATER se font le plus souvent sur un besoin d’enseignement. Le côté recherche est rarement fondamental (les commissions savent que les ATER sont généralement doctorant-es en fin de thèse avec leurs propres activités de recherche). Garder un paragraphe à la fin pour mentionner la fin prochaine de la thèse, ou alors le début d’un projet post-doctoral (en lien avec le labo d’accueil, dans ce cas, qui est spécifié sur la fiche de poste ; plusieurs rattachements sont parfois proposés). Insister surtout sur l’expérience d’enseignement, si elle existe (supérieur ou secondaire) et montrer que l’on a lu le catalogue de formation de licence local (il y a parfois des licences originales, type licence Humanités ou autre : en parler explicitement). Dire tout ce que la formation locale a de révolutionnaire et de fascinant. Possibilité de valoriser ses engagements collectifs (organisation de séminaire ou JE…)
  • Faire une lettre-type (surtout si on l’envoie partout), avec quelques phrases à changer seulement. Adresser au président-e ou au directeur-trice d’UFR. Bien faire attention à indiquer les informations spécifiques correctes.

Le CV : ce n’est pas un CV classique, mais plutôt un CV type analytique (pas besoin d’aller trop loin non plus). Une première page peut être consacrée à donner quelques mots-clefs de sa recherche. Puis parcours / activités d’enseignement (volume horaire et niveau, éventuellement résumé) / publications-interventions (ne pas hésiter à mettre les travaux en cours d’évaluation, en préparation) / rubrique divers (bourses…). Mettre en évidence les éléments “valorisés” (agrégation, rang, contrat doctoral…).

ATER et Education Nationale : pour les concerné-es, ne pas négliger ce point : il s’agit d’une démarche à mener en parallèle, pour ne pas se retrouver bloqué avec un poste d’ATER et pas de détachement. La bible : circulaire intra de son académie (sort en mars). Elle contient souvent une fiche consacrée aux ATER (pour information, à Créteil en 2019 : http://cache.media.education.gouv.fr/file/5._2019/23/9/circulaire_2019-030_fiche6_1091239.pdf). Pas la même situation si on entre dans l’académie ou si on y est déjà : il faut parfois participer à la campagne, parfois non. Si on fait la campagne, il est capital de mener deux démarches rapidement : 1) écrire à son gestionnaire (ou directement au recteur / à la rectrice) un courrier officiel avec A/R informant de son intention de participer à la campagne d’ATER (à faire dès que l’affectation tombe) ; 2) demander à l’intra une Zone de Remplacement comme affectation (poste de TZR). Certains rectorats détachent plus facilement que d’autres (Créteil par rapport à Versailles, par exemple) : en cas de problème il est nécessaire de s’adresser très rapidement à un syndicat + DT (au minimum).

> Voir une fiche-ressource thèse et éducation nationale ici : https://annuel.framapad.org/p/educnat-et-these-uga?lang=fr

4) La thèse et l’ATER

Combiner fin de thèse et ATER est complexe.

Les charges de cours sont très lourdes, à mettre en rapport avec les 64h/an que l’on fait pendant un contrat doctoral (3x plus pour un ATER plein) ; les cours sont rarement prêts ; peu de support pré-existants ; dans les petites filières ou petites facs, pas de cours dédoublé. On peut se rassurer en se disant que l’expérience d’enseignement est très valorisée pour les recrutements MCf, mais c’est épuisant et difficile à mener de front avec la thèse. Ne pas hésiter à demander aux ATER précédents et/ou profs que l’on remplace s’ils ont des ressources déjà prêtes.

Thèse + ATER implique souvent de travailler pendant les vacances ou les week-ends (nous ne recommandons pas ces pratiques) (même si, en pratique, c’est difficile de faire autrement). Ne pas s’inquiéter si la thèse n’avance pas au début, si on n’y touche pas du tout avant novembre/décembre. L’avantage d’un ATER par rapport à un poste dans le secondaire : un peu moins de temps de préparation étant donné le volume ; surtout, intersemestres libres, en particulier à partir de mai.

D’un point de vue pratique : généralement, les UFR peuvent regrouper les heures de cours sur deux jours (parfois deux jours glissés), surtout si on leur demande / qu’on n’habite pas sur place. Cela peut aider à baliser le travail : essayer de sacraliser un jour de recherche, et consacrer ce jour principalement à la thèse.

On ne peut pas faire un enseignement de même qualité à 64h/an + découverte de la thèse qu’à 192h/an + thèse à boucler. Ne pas culpabiliser de se mettre parfois en pilote automatique, de moins expérimenter au plan pédagogique, de consacrer moins de temps aux copies, aux étudiants.