JD 2018 Arranger / Déranger

Troisièmes Journées Doctorales de l’UMR Litt&Arts
9 et 10 avril 2018

Appel à communication

Programme

DÉRANGER. Parfois nos recherches dérangent : elles sortent des rangs, elles troublent les rangements. Quelle(s) connaissance(s) se fabrique(nt) à partir de bouleversements de l’habitude et de l’ordre ? Au sein de nos travaux doctoraux, la question du dérangement se pose de multiples manières : par des gestes trans-disciplinaires et in-disciplinaires qui décloisonnent les méthodes et les domaines, par des enjeux d’implication ou de résistances politiques, par la pratique d’une attitude critique qui met en discussion les interprétations données. Mais nous devons aussi être attentifs·ves aux dérangements lorsque nous travaillons sur des corpus et terrains sensibles où des relations délicates se tissent, lorsque nous nous intéressons à la question de la création comme césure, provocation et nouveauté, lorsque nous pensons aux phénomènes de réception marqués par un jeu de perturbation des attentes.

ARRANGER. Sans devenir « arrangeantes », nos recherches nous réclament aussi d’accommoder, disposer, organiser les éléments et les événements qui les jalonnent et les constituent. Nos études impliquent souvent des opérations d’arrangements, de corrections et d’ajustements. D’un côté nous sommes appelé·e·s à devenir des opérateurs·trices d’arrangement (entre siècles, œuvres, auteurs, lieux, mais aussi témoignages, entretiens), de l’autre nous analysons des phénomènes d’arrangements dans nos objets d’études : des artistes qui assemblent, des pratiques culturelles qui rassemblent, des publics qui se constituent et s’opposent aussi parfois.

ARRANGER / DÉRANGER. Certes, l’arrangement peut aussi désigner le mouvement de normalisation et le lissage du compromis. Et, bien sûr, le dérangement peut être une attitude nocive et simpliste. Ces défaillances aussi nous intéressent. Dans nos jeux d’agencements s’exercent toujours des formes de dérangement et d’arrangement : là sont à l’œuvre des diplomaties, des médiations, des attentions. Par l’articulation de ces deux concepts, ces journées doctorales invitent à penser la complexité des rapports qui se jouent dans nos gestes et objets de recherche.