Programme

10 avril 2017

Grande salle des colloques bâtiment G, bâtiment Stendhal

    9h. ACCUEIL ET PETIT DÉJEUNER
9h30. Introduction des Journées Doctorales, Francis Goyet  

Panel 1 : La danse de l’écriture. Modérateur Martin Givors  

10h. Le rythme et la danse. Approche d’une écriture. Laura Fanouillet, Litt&Arts  
10h30. Narra. La signature rythmique de l’auteur.e. Claude Patricia Tardif, AI-AC, Paris 8  

11h. PAUSE CAFÉ  

11h10. Rythmes du récit de soi : enjeux des discontinuités graphiques, syntaxiques et narratives. Odile Chatirichvili, Litt&Arts  

11h40. Synthèse du panel  

12h. REPAS  

Panel 2 : La force du temps. Modératrice Clizia Centorrino  

13h30. Rythme poétique et âges de la vie à la fin du Moyen Âge : sur un poème d’Eustache Deschamps. Camille Brouzes, Litt&Arts  

14h. Entre mimesis et poesis : flux narratif et rythme intérieur dans le roman Théano, par Margareta Miller-Verghy. Mihaela Bacali, Litt&Arts

Panel 3 : Motifs et variations. Modératrice Clizia Centorrino  

14h30. La répétition comme possibilité. Alicia Rodriguez Campi, Litt&Arts/U. A. de Barcelona  

15h. Le rythme des stations – voies alpines au cours de l’Antiquité tardive. Yann Bonfand, Luhcie, UGA  

15h30. Synthèse des panels  

15h45. PAUSE CAFÉ

Ateliers
16h. Chorégraphies de nos yeux sur la page /Les voix de la parenthèse : lectures en décrochage – Ateliers de lecture proposés par Odile Chatirichvili  

17h. Percevoir les rythmes, ré-animer la matière ? – Atelier de pratique corporelle par Martin Givors  

18h. Projection Noir-Écran d’Eric Pellet, et débat – Eric Pellet, séance proposée par Clizia Centorrino  

REPAS PARTAGÉ EN VILLE

11 avril 2017

Amphithéâtre de la MSH alpes

  9h30. ACCUEIL ET PETIT DÉJEUNER  

Panel 4 : Polyrythmies cinématographiques. Modérateur David Sierra  

10h. L’inter-rythmie esthétique comme narration du souvenir pur dans Le Miroir d’Andreï Tarkovski, Marion Labouebe, Litt&Arts  

10h30. La couture du regard. Rythmiques du visage au cinéma, Alice Lenay, Litt&Arts  

11h. PAUSE CAFÉ  

11h10. Le formidable embrayeur des frères Lumière. Quelques Propositions éco-rythmiques, Jacopo Rasmi, Litt&Arts  

11h40. Synthèse du panel  

12h. REPAS  

Panel 5: La vie des dispositifs. Modératrice Nina Soleymani Majd  

13h30. Rythmes de création(s) collective(s) : circulations Art/Recherche. Amandine Dupraz, Litt&Arts, EXPERICE, Paris 8  

14h. Tables et troubles. Madeleine Aktypi, Litt&Arts  

14h30. Synthèse du panel  

14h45. PAUSE CAFÉ  

Atelier  

15h. Comprendre le milieu de l’édition scientifique UGA Éditions

Appel à communications

Qu’est-ce que la notion de rythme rend visible et énonçable dans chacune de nos recherches ?


Avec Gilles Deleuze, nous pourrions comprendre la notion de rythme comme l’évolution, dans le temps et dans l’espace, de rapports entre plusieurs éléments (des corps, des images, des mots, des personnages, des lieux…). Une œuvre littéraire, un spectacle de danse ou un film, peuvent être conçus comme des processus rythmiques, où des rapports spatio-temporels sont agencés, travaillés, détournés (à partir d’une page, d’un montage, d’une scène…), et bien sûr, saisis, partagés, reçus.

Dans son acception courante, le rythme n’est identifiable que s’il est périodique, c’est-à-dire structuré et répété. Ainsi en va-t-il du rythme des saisons, du rythme de croissance et de décroissance des individus, des empires, des institutions, du rythme de la tragédie, inscrit paraît-il dans le marbre comme le destin de ses personnages : exposition, nœud, dénouement. On en distingue alors les différentes phases, on en étudie l’ordre, d’un point de vue souvent structuraliste.

Mais il est également envisageable de penser le rythme comme un flux, une manière de fluer dans l’espace et dans le temps. Il s’agit alors de l’étudier, en quelque sorte, comme un écoulement, non-assujetti par sa fin ni par un schéma d’évolution préétabli. Il serait alors un processus perpétuel d’orientation, c’est-à-dire d’évolution avec un monde mouvant. On pourrait ainsi affirmer que «vivre, c’est devenir» (Laplantine), et que l’analyse de ce devenir est précisément le sujet de l’analyse rythmique.

Dans l’expression « avoir le sens du rythme » il est question de sentir le rythme, de (se) le rendre sensible — avec sa direction et ses effets. Mais c’est aussi encore le «sens» de ce rythme qui est en jeu, sa raison d’être. 

En esquissant quelques catégories communes, on pourrait capter, exposer et comparer les phénomènes rythmiques auxquels tout dispositif nous confronte : échelle des cycles / passages, accélération / ralentissement, mouvement / stase, coordination / contraste, synchronie / diachronie, compatibilité / incompatibilité, individuel / commun… tout en leur reconnaissant une singularité rythmique propre.

Car chaque dispositif artistique prend une position en configurant son rythme.
La construction d’un plan dans un film, une certaine configuration narrative ou linguistique dans un texte, le déroulement d’une performance par exemple nous donnent des rythmes à pratiquer et à penser. Ils dé-montent (contre-rythmes) et re-montent les espaces-temps dans lesquels nous — nos corps sensibles — vivons, des espace-temps où des questions éthiques et politiques de rythme sont incontournables : accélérer ou ralentir, ouvrir ou retenir, avancer ou reculer, converger ou diverger ?

Programme

Programme des JD 2016

Lundi 4 avril 2016

9h : accueil & café

9h30-12h – Interventions du matin

Romain Millot : La conjuration sous la République (509-44 a.C) : réflexions sur la construction d’un corpus

Nina Soleymani : L’épopée entre masculin et féminin : les scènes de balcon dans le Cycle de Guillaume d’Orange, la Diégénide et le Châhnâmeh

Pause

Mehdi Javanbakat : Titre à confirmer

David Sierra : La créativité sous le signe de la nature humaine

12h-14h : Déjeuner

14h-16h. Atelier 

Vers la fin de la thèse

Mardi 5 avril 2016

9h : accueil & café

9h30-12h – Interventions du matin

Jacapo Rasmi : La machine indiciaire. Une hypothèse de théorie sur le cinéma (documentaire)

Martin Givors : Vers une épistémologie des « transformations silencieuses » ?

Pause

Quentin Julien : Éducation aux media : le pari de l’archéologie médiatique

Clément Pelissier & Jonathan Fruocco : Pop en Stock : La culture populaire sur les ondes, du Québec à la France

12h-14h : Déjeuner

14h-15h – Intervention de l’après-midi

Quentin Bazin : Etranger le proche, Rencontrer l’étrange – Décrire l’art brut pour changer d’air

David Roulier : Pour une histoire de l’attention au XVIIIème siècle. Une approche littéraire

15h-17h30. Atelier

Pédagogie/enseignement