Thèse & financements

Il existe différents types de financements pendant la thèse, que la thèse soit financée ou non-financée.

Bourses, prix, subventions pour un terrain de recherche, financement pour la mobilité internationale, provenant de l’Université, de l’École Doctorale, de fondations, d’universités étrangères, etc.

Nous recensons ci-dessous les sources de financements dont nous avons connaissance, ainsi que des sites ressources.

Les dossiers sont propres à chaque type de financements. Cependant, ils ont de nombreuses similitudes et doivent généralement contenir :

  • Un projet de thèse, dont la longueur diffère en fonction des dossiers. Ce projet de thèse comporte, en principe, un état de l’art, la présentation de votre travail de thèse (déjà fait + à venir), un échéancier/calendrier, une bibliographie
  • Un CV
  • Une lettre de motivation, qui doit justifier le séjour dans le pays d’accueil
  • Un courrier du/de la chercheur·se qui vous accueil
  • Un courrier du/de la directeur·trice de thèse et du/de la directeur·trice du laboratoire
  • (parfois : des pages rédigées de la thèse)

Les dossiers peuvent être à rendre en anglais et/ou dans la langue du pays d’accueil.

Certains financements peuvent impliquer de rendre compte des activités effectuées pendant le séjour.

  • Financements « longs » 

Bourses :

  • Bourse d’un an de la Fondation Thiers. Conditions : être agrégé·e, avoir moins de 30 ans, être au moins en deuxième année. On peut candidater que deux fois. Candidatures entre juin et octobre pour l’année universitaire suivante. Informations.
  • Prix jeune chercheur de la Fondation des Treilles. Les prix sont de plusieurs montants. Lorsqu’on candidate, on ne sait pas combien de prix seront attribués, ni de quels montants. Candidature : en novembre, pour l’année suivante. Informations.

Contrats de travail :

  • Financements « courts » : séjours de recherches, terrains de recherche

La première étape pour monter un dossier de demande de financements pour un séjour de recherche à l’étranger, est de trouver un·e chercheur·se qui accepte de vous accueillir officiellement et qui devra remplir des éléments du dossier.

  • IDEX : finance des séjours de recherches à l’étranger, 1 à 3 mois.
  • Bourse de mobilité internationale de l’Ecole Doctorale LLSH. Condition : à partir de la deuxième année de thèse, non-renouvelable, dossier à rendre en septembre. Thèses financées non prioritaires. 1000€. Informations.
  • Subvention pour recherches de terrains de l’Ecole Doctorale LLSH, en France ou à l’étranger : à partir de la deuxième année de thèse, renouvelable les autres années, dossier à rendre en septembre. Thèses financées non prioritaires. 300€. Informations.

Financements par pays/universités :

  • Les Écoles Françaises à l’Etranger (EFE) : Athènes, Rome, Madrid, Le Caire, et beaucoup d’autres (Paris). Séjour de 15 jours à 1 mois.
  • Avec les États-Unis : Bourses Chateaubriand. Séjour de 4 à 9 mois aux USA. S’inclure dans un projet local USA. Candidatures avant janvier pour l’année universitaire suivante. Informations.
  • Avec les États-Unis : Bourses Fulbright, jusqu’à 15 bourses d’une durée de 4 à 12 mois. Informations.
  • Avec l’Allemagne : le DAAD. Séjour courts ou longs de 1 à 6 ou de 7 à 12 mois (il existe un financement pour chacun de ces deux types de séjours) Informations.
  • Avec les Pays-Bas : les Bourses Éole du Réseau franco-néerlandais. Financement de 500 à 1000€. Informations.
  • Etc.

Sites ressources, présentant d’autres financements :

Programme à connaître : PAUSE – Programme national d’Accueil en Urgence des Scientifiques en Exil. Informations.

  • Financements d’après thèse
  • IDEX, « aide à la mobilité sortante ».

Après la soutenance, pensez à valoriser votre thèse en candidatant à différents prix de thèse.

  • Exemple : Prix Joliot-Curie en « sciences et technologie » pour les femmes, mais assez flou pour comprendre si en SHS on peut être concernée. Informations.

Nos conseils

  • Ayez toujours un projet de recherche à jour ‘sous le coude’, que vous pourrez modifier pour vos candidatures, mais aussi pour gagner du temps lors de votre réinscription auprès de l’ED, etc
  • N’hésitez pas à lire des CV des chercheur·se·s de vos disciplines, vous y découvrirez peut-être des bourses et sources de financements auxquels vous pourrez postuler.
  • Utilisez votre réseau amical et professionnel pour connaître les différents financements existants, et pour avoir des retours d’expérience.
  • Pour les dossiers en langue étrangère, faites-vous relire autant que possible.
  • Sollicitez vos directeur·trice·s de thèse pour avoir des informations, des conseils et des relectures.
  • Pour trouver un·e chercheur·se d’accueil dans une université étrangère, n’hésitez pas à profiter de rencontres en colloque et des connaissances de vos DR.

Thèse et doctorat sur les réseaux sociaux

Thèse et doctorat – généralités 

Humour

  • Ciel Mon Doctorat – un Tumblr parodique à base de GIF sur l’expérience des doctorant·e·s, également sur Facebook.
  • Neurchi de Doctorants en SHS – un groupe Facebook qui regroupe des memes sur la vie de doctorant·e en Sciences Humaines et Sociales.
  • PHD Memes – un groupe Facebook de memes sur le doctorat. 

Défense des droits, engagement 

  • Université Ouverte est un collectif engagé dans la lutte pour la reconnaissance et la valorisation des doctorant·e·s et docteur·e·s :

Nous regroupons sur ce site des outils pour la mobilisation de l’enseignement et de la recherche, sur la précarité des étudiante·s comme des travailleur·ses, sur la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche et sur les retraites.

Retours sur les JD

Introduction des Journées Doctorales « Hybridité : pratiques et perspectives » par le comité organisateur :
Arthur Pétin, Léa Andréoléty, Sam Racheboeuf et Camille Page.

Il nous semblait vraiment important de maintenir la tenue de ces journées, après un confinement durant lequel nous avons tous pu mesurer combien les discussions et le partage entre collègues constituent bien une dimension essentielle de notre travail, et au moment où est en train de passer une loi, la LPPR, qui tente bien plutôt de promouvoir, de fait, la compétition, la rivalité et la course vers une prétendue excellence individuelle comme voie royale de réussite dans la recherche. À l’opposé, il s’agit bien ici, au-delà même de la portée scientifique de l’entreprise, d’affirmer les vertus de la coopération, de créer un espace libre et bienveillant, un espace de discussions, de dialogues, afin de mettre en commun nos pratiques, nos idées, nos questions aussi, et nos interrogations quant à notre travail et nos objets de recherche.

Extrait du discours introductif – Arthur Pétin

Actes des Journées Doctorales à venir

Autres actualités des doctorant·e·s

Mis en avant

Séminaire Move & Talk – Perf Meetings 2020-2021 :

  • Léa Andréoléty, Lucie Bonnet, Laura Fanouillet, Martin Givors et Felix de Montety (informations)

Séminaire Translatio 2020-2021 :

  • 25 septembre : Amandine Chlad « Les noms propres dans l’Ilias Latina » (informations)
  • 02 octobre : Alexia Dedieu et Anaïs Tillier « Des Classiques inclusifs – Eos READS for Black Lives » (informations)

Séminaire Charnières 2020-2021:

  • 10 novembre : Camille Page « Vers un imaginaire iconographique du genre littéraire »

Séminaire ECRIRE 2020-2021 :

  • 18 novembre : Arthur Pétin « ‘Romancier périurbain’ : l’émergence d’une posture ? Itinéraire de deux premiers romans »
  • 18 novembre : Sam Racheboeuf, « Philippe Artières : les habits d’un historien à la croisée des genres »

Éducation nationale et thèse

Ce qui suit est la mise en forme des notes prises lors de deux réunions « Thèse et Education Nationale » (26 et 28/11/2019) avec un représentant syndical du SNES Grenoble, des doctorant·es stagiaires et titulaires, et des anciennes de l’EN.
Il peut y avoir des erreurs, des approximations ou des manques : n’hésitez pas à nous contacter pour suggérer des modifications.

Sommaire :  

  1. Quelques ressources utiles
  2. Mobilité inter-académique (procédure, barèmes, barres)   
  3. Mobilité intra-académique (procédure, vœux, TZR kézako)   
  4. Enseigner dans le secondaire (temps partiel, professeur principal, heures sup, compensations financières…)   
  5. Détachement et disponibilité   
  6. Cas spécifiques (PRAG, postes spécifiques, postes à l’étranger)   

1) Quelques ressources utiles

2) Mobilité inter-académie (jusqu’au 9 décembre à midi)

Obligatoire pour les stagiaires qui vont être titularisé·es (= doctorant·es en cours de 3e année) : quand tu sors de stage, tu es dans la stratosphère -> obligé.e de participé au mouvement inter-académie. 
Pas obligatoire pour les doctorant·es déjà titularisé·es et qui ont déjà participé une fois au mouvement ; si tu es déjà dans une académie et que tu ne veux pas en changer, inutile de participer à l’inter ; par contre il faudra participer au mouvement intra-académique. Si tu souhaites changer d’académie, ça ne coûte rien de participer à l’inter en (ne) demandant (que) ce qu’on veut !
Les doctorant·es stagiaires (en 1ère et 2e année de thèse) n’ont rien à faire 🙂 (à part réussir à comprendre comment sera désigné·e leur tuteur·trice)

/!\ Si tu as demandé un truc et que tu l’obtiens, tu ne peux pas refuser après, DONC ne demander que ce qu’on veut vraiment ! Exemple : les vœux dans les DOM-TOM, qu’il ne faut faire que si on souhaite y aller (et pas « pour rigoler »)

Si tu n’obtiens aucun de tes vœux, il y a une règle d’ « extension » : à partir du premier vœu formulé, chaque académie est examinée successivement (dans un ordre pré-défini) jusqu’à en trouver une où tu peux entrer (voir p.18 dans la brochure).

Procédure (fermeture du mouvement inter le 9 décembre à MIDI)

  • se connecter à la plate-forme iProf via le site de son académie ; pour se connecter, il faut avoir son NUMEN (reçu par courrier après le concours, ou à demander au rectorat par téléphone ou en se rendant sur place, à la DIPERE (division des personnels enseignants)
    Annuaire pour l’académie de Grenoble : http://cache.media.education.gouv.fr/file/DiperE_Mvt_Intra_2019/68/8/DIPER_E_1191688.pdf
    /!\ mets bien à jour ton adresse postale, mail et n° de téléphone sur iProf !
  • sur iProf : onglet « Les services » > lien « SIAM » à la première ligne > « Mouvement inter-académique » ; de là, tu peux soit faire des vœux pour l’inter, soit consulter les postes spécifiques (voir plus bas)- dans l’onglet « Mouvement inter » : possibilité de vérifier ses infos (notamment l’échelon) et de modifier sa situation si besoin
  • faire les vœux : « Saisissez ou modifiez votre demande de mutation » > « Visualiser » les vœux > possibilité d’ajouter, supprimer, changer l’ordre des académies jusqu’au 9 décembre à midi ; « calculer le barème » permet d’avoir une idée mais ne prend pas forcément encore en compte tous les éléments de barème qui nécessitent des pièces justificatives.
  • à la fermeture du mouvement (9 décembre), imprimer le récapitulatif ; il est encore possible de le modifier à la main ; joindre les pièces justificatives pour les barèmes (contrat de PACS et attestation de l’employeur, etc.) et envoyer le tout au rectorat- vérifier les barèmes début janvier ; en cas de problème, appeler le rectorat ; les barèmes sont arrêtés fin janvier (après, c’est trop tard pour contester)
  • résultats du mouvement : 4 mars -> ouverture du mouvement intra.

Le barème (= nombre de points) : 
! C’est juste une manière de départager les gens pour un même poste (parce qu’il y a plein de monde dans l’EN) ; ce n’est PAS un capital, parce que ça peut changer d’une année à l’autre. Voir la brochure du SNES (lien en début de pad) pour tous les détails les plus subtils…
Est déterminé en fonction :

  • De la situation administrative :
    • Ancienneté d’échelon (+ 7 points par échelon, au 31 août de l’année)
    • Ancienneté de poste (+20 pts par an à un même poste).
  • De la situation familiale : 
    • Rapprochement de conjoint : conditions = §  être pacsé ou marié (mais avant le 31 août de l’année) ou avoir un enfant reconnu par les deux parents §  + il faut que le conjoint ait un contrat de travail, CDI ou CDD à temps plein (dc étudiant ça marche pas, mais doctorant oui, s’il a une fiche de paie) -> il faudra fournir une attestation de l’employeur de moins de 3 mois (ac n° de SIRET) = 150,2 points pour l’académie où travaille le conjoint (et les académies limitrophes), et + par année de séparation et par enfant
  • +0,1 point pour l’académie où on a passé le concours, ET +0,1 pour l’académie où on a effectué le stage
  • Pour les stagiaires : +10 pts sur le vœu 1 (à jouer seulement 1x sur 3 ans)
  • Quand il y a égalité de barème pour un poste => ce qui compte, c’est l’âge. 

Combien « vaut » une académie : la « barre d’entrée » est déterminée a posteriori, une fois que tout le monde est réparti, en fonction du barème du dernier entrée. Ça change donc tous les ans.
Pour donner une idée : https://www.snes.edu/Barres-mouvements-Inter.html et sélectionner la discipline.
Une barre « haute » par rapport à ton barème ne doit pas t’empêcher de faire un vœu ! (au pire, tu ne l’as pas ; au mieux, tu accumules des points si tu fais le même premier vœu plusieurs années de suite sans interruption : +20 pts chaque année [pas compatible avec bonification pour rapprochement de conjoint])

3) Mobilité intra-académie (à partir du 9 mars 2020)

Attention, les règles changent selon l’académie : contacter un commissaire paritaire du SNES de l’académie concernée avant de faire ses vœux
=> On pourra réorganiser une réunion d’information à ce moment !

À noter : les doctorant·es qui participent à la campagne d’ATER ou de PRAG, et qui envisagent donc de ne pas prendre de poste à la rentrée, sont censé·es en informer le rectorat en amont, par courrier, après l’inter. L’usage veut qu’on annonce qu’on va demander un poste ZR à l’intra et qu’on candidate à un détachement si on obtient un poste dans le supérieur.
Pas de confirmation du bien-fondé de cette procédure par Alexis, apparemment la nécessité d’être TZR pour être détaché·e n’est plus tellement vraie, selon les syndicats. On pourra transmettre des exemples de courriers envoyés.

Procédure :

  • connexion iProf- SIAM > Mouvement intra
  • faire ses vœux
  • à la fermeture du mouvement, imprimer le récap (aussi envoyé par la poste : vérifier l’adresse indiquée !), joindre les pièces justificatives (refournir attestation pro du conjoint, etc.) et déposer le tout (à l’UGA) chez Philippe Ferré, bureau A203 (en 2018-2019 : ça a pu changer, mais c’est la seule personne qu’on a trouvée qui avait l’air de savoir ce qu’il fallait faire)

Pour les vœux, plein de possibilités : on peut demander :

  • un établissement précis
  • tous les établissements d’une seule commune
  • ou seulement les collèges ou seulement les lycées d’une commune
  • des zones géographiques, càd un groupement de communes (ex : la métropole grenobloise)
  • tous les établissements d’un département
  • des zones de remplacement (qui sont larges !)

Pour tous les vœux précis : seuls l’ancienneté d’échelon et de postes comptent (pas les bonifications).
Pour les vœux larges, la bonifications familiales jouent (mais ça change selon les académies, donc il faut se renseigner sur place)
Donc si possible, si on vise un établissement précis, mieux vaut dire « je veux tous les lycées de ce groupement de communes » (si on sait qu’il n’y en a qu’un !), plutôt que « je veux ce lycée », on aura plus de points.
En tant qu’agrégé.e, on a des points en plus pr aller en lycée ms par pour un lycée précis. (Tout est question de calculs… Par ex, si on veut absolument un poste en lycée, demander Créteil, on est quasiment sûr de l’avoir : ça dépend beaucoup des académies.)
Si on demande un groupement de communes, le rapprochement de conjoint joue, ms pas pr demander un établissement précis ds une commune.

TZR (titulaire en zone de remplacement) :
Tu dépends administrativement d’un établissement, situé dans une zone plus large au sein de laquelle tu vas assurer tes heures s’il n’y en a pas dans l’établissement ; ça peut être aussi dans une zone limitrophe (Chambéry quand on est TZR à Grenoble, par ex)

  • Soit on est affecté à l’année : pas d’avantage niveau salarial par rapport à un titulaire fixe (juste un remboursement des frais de transport)
  • Soit on remplace pour des courtes durées (arrêt maladie de 3 mois, par exemple) : on touche une « indémnité de sujétion spéciale » (?) et des bonifications qui dépendent des académies (par ex. : à Grenoble, être TZR double l’ancienneté de poste)

Après ça dépend des académies (certaines accordent des points en plus aux TZR, et aussi aux gens en REP).

Conseil : se syndiquer ! (même avant la prise de poste, et même si on est dans l’enseignement supérieur, PRAG par exemple)
Ne pas commencer tout seul, sinon on se fait avoir. Conseil : en amont, avant de faire ses vœux, même si on n’est pas syndiqué au SNES, remplir son document de mutation (fiche de suivi) sur le site du SNES -> le syndicat le lit et nous avertit s’il y a un problème (si le choix des vœux n’est pas judicieux, ou s’il manque une pièce justificative par exemple)
Le SNES est le premier syndicat du 2nd degré, il y a quasiment un représentant dans chaque établissement. Depuis cette année, les commissions paritaires (EN / syndicats) n’examinent plus l’ensemble des dossiers, seulement ceux où il y a contestation ou recours. Il faut donc être soi-même attentif·ve au calcul des barèmes et poser des questions en cas de doute.

4) Enseigner dans le secondaire

Temps partiel– se demande au rectorat juste après l’intra- mi-temps annualisé (on travaille seulement la moitié de l’année et on est payé un salaire de mi-temps sur 12 mois) : accordé au compte-goutte, et il faut plutôt demander à travailler en fin d’année

Professeur principal : c’est une mission volontaire, on peut la refuser (même quand un chef d’établissement met la pression) !

Heures supplémentaires : 2h sup « obligatoires », qu’on ne peut pas refuser (mais on peut refuser les suivantes)

Aides financières :   

  • quand TZR (remplacements courts) : indemnité de transport   
  • aide à la première installation (pour le déménagement) à demander en ligne   
  • possibles aides, variables selon les régions, pour le début de carrière

5) Détachement et disponibilité

Détachement = le fonctionnaire est juste « prêté » à un autre ministère (accordé à discrétion du recteur), par exemple pour faire un ATER

vs. Disponibilité = le fonctionnaire ne travaille plus pour l’EN pendant un certain temps (et donc ne bénéficie pas de la progression dans le corps) :

  • Pour suivre un conjoint (dispo de droit, et donne le droit de travailler dans l’académie du conjoint)
  • Pour élever un enfant (jusqu’à 8 ans révolus)
  • Pour convenance personnelle ou activités de recherche (accordée à discrétion du recteur, ce n’est pas un droit)

(dans ces différents cas, les contraintes / obligations sont différentes : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F544 )
=> Il est possible qu’un détachement ou une dispo ne soit pas accordée par le rectorat ; il ne faut pas hésiter à contacter les syndicats pour faire pression afin de l’obtenir. Certaines académies sont réputées plus souples que d’autres (Versailles a très mauvaise réputation sur ce point, par exemple, alors que Créteil a accordé des dispos pour 4e année de thèse)
Conseil d’Alexis : ne pas se mettre en situation d’abandon de poste (si le détachement n’est pas autorisé, par ex) mais lancer une action collective. (Les collègues titulaires de l’ESR disent le contraire : si pas de détachement alors qu’on a un poste d’ATER, prendre ses fonctions à la fac mais pas à l’EN… bref, ça se contredit pas mal)

6) Cas spécifiques

PRAG = professeur agrégé détaché dans le supérieur

  • 386h d’enseignement, charge très lourde
  • 2 campagnes (automne et printemps) ; plus de chances d’être détaché si on a un poste à la campagne d’automne parce qu’on n’a pas encore d »établissement dans le secondaire.

Enseignement à l’étranger

  • C’est compliqué ! Postuler auprès de l’AEFE (sur dossier et lettre de motiv, et c’est un petit monde…) ET demander un détachement (qu’on n’est pas sûr d’obtenir)
  • 2 statuts : résident et expatrié (c’est de plus en plus rare d’être payé avec un salaire frçs vs. local) 

Postes spécifiques : postes en prépa, en BTS, enseignement du FLE, du théâtre…
2 phases (mêmes dates que mouvement inter/mouvement intra) : mouvement national puis mouvement par académie

  • Mouvement national : campagne jusqu’au 9 décembre, la liste des postes est accessible sur SIAM. Sur lettre de motiv et dossier 
  • Pour les postes de prépa : c’est l’inspection générale qui dit oui ou non ; le rang à l’agrégation compte en début de carrière ; parfois il faut un doctorat-         
  • Enseignement du FLE, du théâtre… (alors il faut une certification = un dossier à constituer et un oral à passer, et mieux vaut être connu de l’IPR)

Séances 2018-2019

20 NOVEMBRE 2018

« J’aime pas ce que je fais » — atelier-débat animé par Charlotte Guiot — 17h30-19h30, Salle des doctorant·es B325.


18 DÉCEMBRE 2018

« Nos pratiques d’enseignement » — atelier-débat collectif puis goûter de Noël — 17h30-19h30, Salle des doctorant·es.


17-18 JANVIER 2019

« Les musiques du corps » — Masterclass avec Alexandre Yterce, organisée par Laura Fanouillet — 13h30-17h30, grand studio de l’EST.

Après une formation de percussionniste, Alexandre Yterce, compositeur indépendant et metteur en scène, fonde de 1979 à 1981, l’ensemble ADN, groupe de musiciens, plasticiens, comédiens et vidéastes itinérants. Happenings, théâtre improvisé, concerts spontanés, ces expériences le mèneront à donner à travers l’Europe, outre ses propres créations, celles de compositeurs tels que Cage, Stockhausen, etc., qu’il interprétera dans des espaces publics, galeries, universités et musées. En 1988, il réalise ses premières pièces de musique concrète sur bande magnétique, tout en continuant ses compositions instrumentales avec ou sans interactions électroacoustiques. Dès 1989, date de sa première compagnie, T.A.M. (Théâtre. Art. Musique.) – devenue aujourd’hui Compagnie LICENCES –, il donne des actions scéniques, des performances où interprètes, acteurs, danseurs réagissent à diverses combinaisons d’instruments, voix, supports électroacoustiques et vidéo. Ce théâtre musical sur partition qu’il nomme « Dramaphonie » est inspiré de textes littéraires et poétiques d’auteurs tels que Sade, Hölderlin, Nietzsche, Rimbaud, Artaud, Bataille, Trakl. Sa création s’étend aussi aux domaines des arts plastiques et du cinéma. En 1999, il fait paraître le premier numéro de la Revue-Disque LICENCES, ainsi que le Livre-Disque SONOPSYS, série de monographies consacrées aux compositeurs de musique électroacoustique. Il fonde à Paris, en 2000, le Festival annuel LICENCES Brûlures des Langues, lieu de création où se rencontrent les musiques concrète/acousmatique et électronique, la poésie sonore, le théâtre musical et le cinéma expérimental. Cette Masterclass sera l’occasion de découvrir l’organicité du son, les fondements organiques de la musique. À partir du surgissement de la voix et des bruits du corps, nous explorerons les implications physiques, physiologiques, psychologiques et symboliques de leur émission. Une proposition de Laura Fanouillet pour le Séminaire doctoral Litt&Arts 2018-2019, « Arts, Savoirs, Indisciplines ». En collaboration avec l’association Litthesarts et la Direction de la culture et de la culture scientifique de l’UGA.


18 AVRIL 2019

« Interstices du récit et réécritures de l’histoire des pensionnats autochtones du Canada : l’exemple de Tomson Highway et de Richard Wagamese » — conférence de Franck Miroux (Université de Pau et Pays de l’Adour), organisée en partenariat avec Laurence Delpérié (doctorante du Lidilem) — 9h-11h, Petite salle des colloques.

La Commission de Vérité et Réconciliation du Canada (2008-2015) a publié ses conclusions dans un rapport en six volumes qui couvre de manière quasi exhaustive l’histoire des pensionnats autochtones au Canada, ainsi que les enjeux et les répercussions sur les générations futures de ce système. Toutefois, ce rapport ne mentionne pratiquement pas le rôle des pratiques artistiques en tant que moyen de résistance et de reconstruction pour les nombreux artistes autochtones ayant fait l’expérience des pensionnats ou en subissant les conséquences intergénérationnelles. Cette communication se propose donc de s’intéresser à la manière dont Tomson Highway—romancier, dramaturge et musicien cri— et Richard Wagamese —journaliste et romancier anishinaabe— tentent d’apporter des solutions au traumatisme consécutif à l’expérience des pensionnats dans leurs romans respectifs Kiss of the Fur Queen (1998) et Indian Horse (2013). En étudiant des exemples tirés de ces deux romans à forte dimension autobiographique, il deviendra possible de déterminer les stratégies narratives et langagières mises en œuvre pour combler les creux du récit, qui ne sont ni plus ni moins que la métaphore du vide laissé par les pensionnats. Dans un second temps, il conviendra de s’interroger sur la façon dont Highway et Wagamese réinvestissent ces interstices pour y insérer leur réécriture (un contre récit parfois ?) de l’histoire de la scolarisation forcée des enfants autochtones. Les outils d’interprétation et d’expression originaux qui émanent de ces récits savamment métissés ne constituent-ils pas en fait une contribution significative à la (ré)conciliation dont le Canada fait tellement cas depuis une dizaine d’années ?


19 AVRIL 2019

« La machine subjective. Cinéma et casque de RV » — conférence-atelier de Philipe Bédard (UdeM), organisée par Alice Lenay, avec la participation de Benjamin Serveton — 16h30-19h30, Grande salle des colloques.

Nous accueillerons le chercheur québécois Philippe Bédard (UdeM), qui viendra nous parler de nouvelles formes de films visibles au casque de réalité virtuelle.

Face à l’arrivée de la réalité virtuelle dans le domaine populaire, le médium cinématographique fait l’objet d’expérimentations et de transformations bouleversantes, tant au niveau technique que narratif. Cette présentation se penche sur l’appropriation que fait le cinéma du dispositif technique de la réalité virtuelle et sur la tendance de « films en réalité virtuelle » contemporains à vouloir immerger le spectateur dans l’expérience subjective d’un personnage. Quelles raisons (techniques, esthétiques, perceptuelles) poussent ces œuvres à proposer des films « à la première personne »?

Avec l’intervention de Benjamin Serveton, cette proposition sera accompagnée d’expérimentations de films et environnements immersifs au casque de réalité virtuelle.


9 MAI 2019

« Fantastique africain et schémas théoriques occidentaux » — conférence de Pierre Martial Abossolo, HDR et Associate Professor de l’Université de Buea au Cameroun et professeur invité à l’Université Grenoble Alpes — 10h-12h, Maison des langues (salle 002).

Pour une littérature fantastique africaine

En littérature, la notion de fantastique naît dans un contexte rationaliste occidental qui rejette l’hypothèse d’un monde surnaturel parallèle au monde scientifiquement explicable. Le genre va donc présenter le surnaturel comme une « irruption scandaleuse » dans le monde naturel (R. Caillois) ou comme un phénomène générateur d’« hésitation » entre croire et ne pas croire, explication naturelle et explication surnaturelle (T.Todorov). Or, dans la littérature africaine contemporaine où le rapport au surnaturel est marqué justement par une cohabitation du visible et de l’invisible, du naturel et du surnaturel, peut-on aussi parler de fantastique, du moins sur le modèle occidental? Partant de cette question, sur la base des données recueillies et analysées dans des textes africains contemporains, Pierre Martial ABOSSOLO explore les voies anthropologiques, thématiques et narratives, pour proposer une définition du fantastique africain.

Biographie

Pierre Martial ABOSSOLO HDR et Associate Professor de l’Université de Buea au Cameroun et professeur invité à l’Université Grenoble Alpes. Ses recherches portent sur le surnaturel dans la littérature. Prix de l’Académie des Science d’Outre-mer en 2016, il est auteur de deux ouvrages et plusieurs articles scientifiques et travaille actuellement sur un essai intitulé Le Châtiment surnaturel dans la littérature africaine contemporaine.

 

Programme

JOURNÉES DOCTORALES LITT&ARTS

9 &10 Avril 2019

Programme des journées

 

Mardi 9 avril

9h Préinstallation Jacques Cartier

9h30 Accueil des participants

10h Faire Connaissance(s) – Ateliers

11h15 Ouverture officielle des Journées Doctorales

11h30 Jeannie Croset : « Un miroir le long du chemin » – Écriture et exactitude historique 

12h Sam Racheboeuf : L’Histoire est-elle une littérature contemporaine ? – la place de la recherche-création en Histoire

12h30 Pause déjeuner

14h30 Lindsey Wainwright : Entre littérature comparée et justice spatiale : la quête et l’enquête des fanzines critiques

15h Marielle Devlaeminck : Créer le nom, nommer la création pour une réception contemporaine et moderne du genre dramatique médiéval (XIIe-XXIe siècles)

15h30 Goûter

16h Hélène Godin : Projection de Vulnéraire (2019) – L’œil fragmenté : Spectre identitaire du jeune chercheur

16h30 Audrey Dominguez : Débat : La création merveilleuse du jeune chercheur

Mercredi 10 avril

9h Petit-déjeuner – lectures, discussions en lien avec l’installation d’Amandine Dupraz

10h Samuel Saint-Pé : Une quête personnelle à travers une enquête linguistique : Analyse du film Premier Contact (Denis Villeneuve, 2016)

10h30 Blandine Cecconi : Chercher jusqu’à l’épuisement : éprouver les limites de l’enquête avec The Beginner’s Guide.

11h Pause

11h30 Maxime Kamin : De l’étude philologique à la quête de Dieu : l’exemple du Livre du jeu de la paulme moralisé

12h Camille Page : Victor Hugo à la loupe. Méthodes et enjeux de l’analyse de l’illustration dans l’Édition nationale.

12h30 Pause déjeuner

14h30 Amandine Dupraz : Enquêter avec la littérature et les arts : ouvrir nos imaginaires de la recherche

15h Quiconque demande reçoit et qui cherche trouve. – François Beaune en conversation avec Jacopo Rasmi autour de son écriture d’enquête.

16h00 Goûter

16h30 Discussion avec Laurent Demanze : Autour d’Un nouvel âge de l’enquête ?

Appel à communication

Date limite d’envoi : 23 février 2019

Pour la quatrième année consécutive, les jeunes chercheurs et chercheuses de Litt&Arts organisent leurs journées doctorales, les 9 et 10 avril 2019, autour d’un nouvel axe de recherche : En/quête.s de créations.

La quête, recherche obstinée produisant une transformation intérieure, ou l’enquête, assemblage méthodique d’informations, sont au cœur des objets de la recherche en littérature et arts. Elles peuvent y être thématisées, constituer le point nodal d’une production artistique : s’incarner par exemple sous la forme d’un personnage (le célèbre Sherlock Holmes, les chevaliers du Moyen Âge) ou des règles d’un genre artistique (le polar, le documentaire). Plus encore, les deux termes véhiculent un imaginaire de l’élaboration artistique, nous permettent de décrire un processus de création. Comme enquête fondée sur la collecte d’indices, de traces, d’éléments concrets ou comme quête intérieure, la création s’élabore par étapes et tâtonnements, sans connaître de cheminement obligé ni forcément toucher un but.

En ces termes, la démarche artistique semble assimilable à celle des chercheur·euses en arts et littérature. Il est vrai qu’une certaine conception de nos recherches nous apparenterait plutôt à des scientifiques analysant des œuvres, des objets : nous ne serions pas auteur.rices ou créateur.rices, mais commentateur.rices, révélant et expliquant les actes de création. Quête et enquêtes sont pourtant au cœur de la création de nouvelles formes de recherches et d’investigations, qui mettent en tension les cadres académiques de nos travaux et de nos disciplines. Enquêteurs.rices, nous le sommes parfois : il est de plus en plus fréquent que nos disciplines littéraires et artistiques s’emparent de techniques et de méthodes d’enquête issues des disciplines de sciences humaines et sociales (telles que la sociologie et l’anthropologie) pour appréhender et comprendre les objets de création. Dans le même mouvement d’hybridation, nous investissons nos objets de recherche à l’aide de processus créatifs : la « recherche-création » associe ainsi à la recherche universitaire de multiples approches plus sensibles, convoquant d’autres médiums que l’écriture académique (par exemple Léviathan de Lucien Castaing-Taylor et Verena Paravel, film documentaire expérimental réalisé dans le cadre d’une recherche anthropologique sur l’industrie de la pêche).

Plus largement, les analyses et les interprétations des chercheur·euses ne pourraient-elles pas être considérées comme une production de réflexions et de sens participant à la création d’un savoir, recréant et modifiant les objets mêmes de sa recherche ? Marquées par une quête de connaissance, elles impliquent une forme de contribution intellectuelle au bien commun ainsi que le désir personnel de comprendre le monde en constante création.

Les recherches menées au sein du laboratoire Litt&Arts s’intéressent, à travers des objets littéraires et artistiques, à la création : œuvres, processus, finalités. Invitation à participer aux journées doctorales annuelles de ce laboratoire, cet appel s’adresse aux jeunes chercheur·euses (masterant·es doctorant·es, jeunes docteur·es) travaillant, de près ou de loin, sur des objets ou des processus de création, pour les convier à y interroger la place de la quête et de l’enquête ; mais aussi aux jeunes chercheur·euses travaillant sur ou avec des méthodes d’enquête, pour les inviter à interroger les éventuels phénomènes créatifs à l’œuvre.

Modalités
Cet appel s’adresse à des jeunes chercheur·euses qui souhaitent présenter leurs travaux par le biais de ces axes durant les quatrièmes Journées doctorales de l’UMR Litt&Arts. Nous accueillons des communications traditionnelles de 20 minutes mais aussi des formats différents (performances, ateliers, expositions…) qui questionnent ces thèmes.
Les propositions d’intervention de 300 mots maximum sont à envoyer avant le 23 février 2019 au comité d’organisation : Alexia Dedieu, Charlotte Guiot et Hélène Godin. Les réponses parviendront au plus tard au début du mois de mars.

2018-2019

7 NOVEMBRE 2018

AG de Litthèsarts, association des jeunes chercheur·es de Litt&Arts — 12h-14h, Salles des doctorant·es.

20 NOVEMBRE 2018

« J’aime pas ce que je fais » — atelier-débat animé par Charlotte Guiot — 17h30-19h30, Salle des doctorant·es B325.

18 DÉCEMBRE 2018

« Nos pratiques d’enseignement » — atelier-débat collectif puis goûter de Noël — 17h30-19h30, Salle des doctorant·es.

17-18 JANVIER 2019

« Les musiques du corps » — Masterclass avec Alexandre Yterce, organisée par Laura Fanouillet — 13h30-17h30, grand studio de l’EST.

4 MARS 2019

AG de Litthèsarts, association des jeunes chercheur·es de Litt&Arts — 12h-14h, Salles des doctorant·es.

9-10 AVRIL 2019

Journées Doctorales — organisées par Alexia Dedieu, Amandine Dupraz, Charlotte Guiot et Hélène Godin — 9h-17h, Salle Jacques Cartier (Maison des Langues).

18 AVRIL 2019

« Interstices du récit et réécritures de l’histoire des pensionnats autochtones du Canada : l’exemple de Tomson Highway et de Richard Wagamese » — conférence de Franck Miroux (Université de Pau et Pays de l’Adour), organisée en partenariat avec Laurence Delpérié (doctorante du Lidilem) — 9h-11h, Petite salle des colloques.

19 AVRIL 2019

« La machine subjective. Cinéma et casque de RV » — conférence-atelier de Philipe Bédard (UdeM), organisée par Alice Lenay, avec la participation de Benjamin Serveton — 16h30-19h30, Grande salle des colloques.

9 MAI 2019

“Fantastique africain et schémas théoriques occidentaux” — conférence de Pierre Martial Abossolo, HDR et Associate Professor de l’Université de Buea au Cameroun et professeur invité à l’Université Grenoble Alpes, organisée par Mathilde Mougin — 10h-12h, Maison des langues (salle 002).

 

Détails des séances ici