HALLUXINATION : LES RENCONTRES DU CINÉMA ET DES ARTS PLASTIQUES.

Cher(e)s collègues, 

Cette année, dans le cadre de l’Atelier programmation du premier semestre, Stéphane Collin et moi-même avons travaillé avec les étudiants de L3 Lettres et Arts du spectacle de Valence à l’organisation de la deuxième édition de Halluxination : Les Rencontres du cinéma et des arts plastiques.

Suite à une première édition, le CAPVAL, focalisée sur le cinéma expérimental, les étudiants s’interrogeront sur la frontiere entre cinéma et arts plastiques ainsi que sur les possibilités de représenter cette frontière à l’écran.

Les Rencontres auront lieu à Lux – scène nationale de Valence le jeudi 23 mars à partir de 15h00 et à l’Université le vendredi 24 mars (entrée gratuite) toujours à partir de 15h00 (vous trouverez le programme en pièce jointe). 
Pour plus d’informations vous pouvez visiter le site-web ou la page Facebook :

https://halluxinationfestival.wordpress.com/
https://www.facebook.com/Halluxination/?fref=ts

Clizia Centorrino
ATER en Études cinématographiques
Université Grenoble Alpes
LITT&ARTS
https://grenoble-univ.academia.edu/CliziaCentorrino

APPEL À CONTRIBUTIONS – COLLOQUE DE L’ANTIQUITÉ À LA MODERNITÉ POLITIQUE : QUELLES MÉDIATIONS ? LA RÉAPPROPRIATION DE L’ANTIQUITÉ POLITIQUE À L’ÉPOQUE MODERNE (XVIE-XVIIIE SIÈCLES)

 une information pour un Appel à contributions – Colloque organisé par l’ENS de Lyon

23-24 octobre 2017

De l’Antiquité à la modernité politique : quelles médiations ? La réappropriation de l’Antiquité politique à l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècles)

La redécouverte de l’Antiquité effectuée par la Renaissance a eu un impact décisif sur l’élaboration de la politique moderne, dès la fin du XVe siècle. Des Discours sur la première décade de Tite-Live de Machiavel à la vogue antiquisante de la Révolution française, l’Antiquité constitue une référence récurrente en matière politique – mais cette constante présente différents visages selon les contextes et surtout les médiations à travers lesquelles elle est appréhendée.

En effet, la représentation de l’Antiquité s’avère instable, car la connaissance que l’on en a, aujourd’hui comme à l’époque moderne, est principalement indirecte, et par définition fragmentaire. Elle connaît des variations considérables selon les sources considérées – parfois archéologiques, pour l’essentiel textuelles, qu’elles soient littéraires, historiques ou juridiques. Comment ces différentes sources sont-elles convoquées ? Selon les sources et la perspective adoptée, l’Antiquité permet de penser différents aspects du politique. C’est l’élaboration même de ce statut complexe que nous souhaiterions éclairer en examinant le rôle, capital, que jouent les différentes médiations par lesquelles s’ouvre l’accès à l’histoire et aux textes antiques : éditions, traductions, citations, transmission indirecte à travers d’autres œuvres. Ces médiations ne vont pas de soi : ainsi, c’est le plus souvent à travers les éditions établies par les humanistes de la Renaissance que les écrivains politiques des XVIIe et XVIIIe siècles lisent les textes de l’Antiquité. Certaines notions historiques antiques, par ailleurs, sont essentiellement connues par le biais de relectures et de réinterprétations modernes – ainsi, les XVIIe et le XVIIIe siècles connaissent la théorie polybienne de la constitution mixte et de l’anakuklôsis autant par le biais des relectures qu’en a faites l’humanisme civique du XVIe siècle que par une lecture directe du texte d’origine. Il faut également examiner ce qui est considéré comme une source politique à l’époque moderne : si les sommes de Platon et d’Aristote constituent une référence majeure, l’œuvre de Plutarque, aussi bien les Vies parallèles que les Œuvres morales, est abondamment citée dans plusieurs écrits politiques au cours de la période étudiée.

L’appropriation de l’héritage politique antique ne se limite cependant pas à la reprise de thèmes, d’exemples ou de notions : elle se manifeste également dans la pratique. Souvent, les références antiques servent de catalyseur pour penser de nouvelles formes concrètes de la politique, ou d’instrument à l’aune duquel mesurer la solidité des institutions existantes. Les figures de l’histoire antique sont érigées en exemples ou en repoussoirs, passant parfois de l’un à l’autre statut (ainsi, la figure de Tibère fait l’objet d’une réappropriation complexe au XVIIe siècle). C’est également à partir de notions empruntées à l’Antiquité (au premier chef celle de « cité ») que s’élabore l’idée d’État moderne. Réfléchir sur l’appropriation politique de l’héritage antique à l’époque moderne, c’est donc aussi, bien souvent, éclairer le rapport entre théorie et pratique politique : le retour à l’Antiquité correspond-il toujours à l’intention d’influer sur la pratique politique, comme c’est le cas chez Machiavel ? Comment le pouvoir peut-il mobiliser telle ou telle référence antique comme support de légitimation ?

L’héritage antique s’avère protéiforme également dans la forme même à travers laquelle il est appréhendé. La forme d’écriture choisie conditionne la représentation politique de l’Antiquité, qui varie selon qu’elle se déploie dans un discours politique, un traité juridique, un essai, ou diverses formes littéraires (en particulier les textes dramatiques). Ces formes connaissent des succès divers au fil du temps : d’anciennes retrouvent un nouveau souffle à l’époque moderne – comme, par exemple, le dialogue platonicien au XVIe siècle –, de nouvelles font leur apparition et connaissent une vogue qui leur est toute particulière – comme les « miroirs du prince » du début du XVIIe siècle. Outre la question de l’adéquation d’une forme à une réflexion d’ordre politique (y a-t-il des formes plus fondamentalement et essentiellement politiques, donc plus aptes à penser le politique, que d’autres ?), cette évolution nous amène à nous interroger sur leur inscription dans le temps : le contexte historique suffit-il pour expliquer l’emprunt à l’Antiquité de certaines formes plutôt que d’autres ? L’Antiquité est-elle plus présente dans certaines formes que dans d’autres ?

L’objet même du colloque, qui se propose d’envisager différentes formes d’écriture politique, appelle une démarche fondamentalement interdisciplinaire : les propositions provenant de plusieurs champs d’études (études littéraires, philosophie, histoire, histoire du droit) sont les bienvenues. L’étude de textes français sera privilégiée, mais cela n’exclut en rien toute proposition étudiant une source européenne.

Les propositions de communication (500 signes maximum), accompagnées d’une courte biographie précisant l’institution de rattachement de l’expéditeur, sont à envoyer avant le 15 février 2017 à Flora Champy (fchampy@phare.normalesup.org) et Caroline Labrune (caroline.labrune@normalesup.org).

JOURNÉES DOCTORALES 2017 : LES LUNDI 10 ET MARDI 11 AVRIL 2017 “LE SENS DU RYTHME”

Chères doctorantes, chers doctorants,

Les Journées Doctorales de Litt&Arts sont de retour pour la deuxième année consécutive. Si la terrible solitude du doctorant vous guette ou qu’au contraire vous êtes déjà propulsés vers les sommets de la gloire universitaire, venez partager vos recherches les lundi 10 et mardi 11 avril 2017 sur le campus universitaire de Saint-Martin d’Hères, en Grande Salle des Colloques et à la MSH Alpes.

ette année les Journées Doctorales innovent avec un thème de recherche qui dirigera nos réflexions: “le sens du rythme“, dont vous trouverez le descriptif en pièce jointe. De la littérature à la sociologie, des arts de la scène au cinéma, toutes les propositions autour de ce thème sont les bienvenues. Le format de ces journées est varié puisqu’il comprendra des communications classiques, des interventions artistiques, mais aussi des ateliers d’échanges et une présentation des ELLUG sur le mode de fonctionnement des éditeurs universitaires.

Les propositions de contribution sont à envoyer au plus tard le vendredi 3 mars à Nina Soleymani :  nina.soleymani@univ-grenoble-alpes.fr

Les Journées Doctorales ont pour vocation première d’amener les doctorant-e-s de Litt&Arts à se rencontrer et à dialoguer ; elles sont aussi pour les nouveaux inscrits en thèse une occasion de présenter leurs recherches en public. C’est l’opportunité de bénéficier de l’écoute d’autres doctorant-e-s, ainsi que des professeur-e-s du laboratoire qui y assisteront en qualité de répondant-e-s. Sachez également que votre participation vous rapportera des Heures Forfaitaires pour la formation doctorale!C

NB: Le déjeuner des deux journées sera pris en charge par le laboratoire pour les doctorant-e-s participant ou assistant aux exposés. Merci de nous confirmer votre présence avant le vendredi 3 mars même si vous ne souhaitez qu’assister aux Journées, pour que nous puissions communiquer au traiteur le nombre de repas nécessaires.

Ces Journées sont principalement destinées aux doctorant-e-s de Litt&Arts, mais d’autres propositions pourront être examinées sur demande par le comité d’organisation, en fonction du nombre de participants.

Doctoralement vôtre,

Le comité d’organisation des Journées Doctorales Litt&Arts

Journées doctorales
Litt&Arts 2017

Thème
LE SENS DU RYTHME

Qu’est-ce que la notion de rythme rend visible et énonçable dans chacune de nos recherches ?
Avec Gilles Deleuze, nous pourrions comprendre la notion de rythme comme l’évolution, dans le temps et dans l’espace, de rapports entre plusieurs éléments (des corps, des images, des mots, des personnages, des lieux…). Une oeuvre littéraire, un spectacle de danse ou un film, peuvent être conçus comme des processus rythmiques, où des rapports spatio-temporels sont agencés, travaillés, détournés (à partir d’une page, d’un montage, d’une scène…), et bien sûr, saisis, partagés, reçus.
Dans son acception courante, le rythme n’est identifiable que s’il est périodique, c’est-à-dire structuré et répété. Ainsi en va-t-il du rythme des saisons, du rythme de croissance et de décroissance des individus, des empires, des institutions, du rythme de la tragédie, inscrit paraît-il dans le marbre comme le destin de ses personnages : exposition, noeud, dénouement. On en distingue alors les différentes phases, on en étudie l’ordre, d’un point de vue souvent structuraliste.
Mais il est également envisageable de penser le rythme comme un flux, une manière de fluer dans l’espace et dans le temps. Il s’agit alors de l’étudier, en quelque sorte, comme un écoulement, non-assujetti par sa fin ni par un schéma d’évolution pré-établi. Il serait alors un processus perpétuel d’orientation, c’est-à-dire d’évolution avec un monde mouvant. On pourrait ainsi affirmer que “vivre, c’est devenir” (Laplantine), et que l’analyse de ce devenir est précisément le sujet de l’analyse rythmique.
Dans l’expression « avoir le sens du rythme » il est question de sentir le rythme, de (se) le rendre sensible — avec sa direction et ses effets. Mais c’est aussi encore le “sens” de ce rythme qui est en jeu, sa raison d’être.
En esquissant quelques catégories communes, on pourrait capter, exposer et comparer les phénomènes rythmiques auxquels tout dispositif nous confronte : échelle des cycles / passages, accélération / ralentissement, mouvement / stase, coordination / contraste, synchronie / diachronie, compatibilité / incompatibilité, individuel / commun… tout en leur reconnaissant une singularité rythmique propre.
Car chaque dispositif artistique prend une position en configurant son rythme. La construction d’un plan dans un film, une certaine configuration narrative ou linguistique dans un texte, le déroulement d’une performance par exemple nous donnent des rythmes à pratiquer et à penser. Ils dé-montent (contre-rythmes) et re-montent les espaces-temps dans lesquels nous — nos corps sensibles — vivons, des espace-temps où des questions éthiques et politiques de rythme sont incontournables : accélérer ou ralentir, ouvrir ou retenir, avancer ou reculer, converger ou diverger ?

Les doctorant-e-s qui souhaiteraient participer aux Journées Doctorales en proposant une communication orale (20min + 10min de discussion) ou une intervention d’une autre forme (performance, poster, présentation d’un travail artistique, projection) sont invités à nous faire parvenir leur proposition (environ 1000 signes) le vendredi 3 mars au plus tard à l’adresse suivante : nina.soleymani@univ-grenoble-alpes.fr

Bachelard Gaston, La dialectique de la durée. PUF, 1950 (chapitre VIII)
Deleuze Gilles, Spinoza philosophie pratique. Minuit, 1970.
Laplantine François, Le social et le sensible. Téraèdre, 2005.
Lefebvre Henry, Éléments de rythmanalyse. Introduction à la connaissance des rythmes. Editions Syllepse, 1992.
Meschonnic Henri, Critique du rythme. Anthropologie historique du langage. Verdier, 2009.
Multitudes, 2011/3, n° 46 (dossier Rythmanalyses)
Site Rhuthmos : http://rhuthmos.eu/

CR DE LA RÉUNION DU MERCREDI 29 NOVEMBRE

Points forts de la réunion :  

A noter dés à présent 

Prochaine réunion pour l’organisation des Journées Doctorales 2017 : le mercredi 14 de 16h15 à 17h30 en salle C008 Nous déciderons ensemble du thème des journées. D’ici là, n’hésitez pas à écrire et partager des thèmes, avec si possible un argumentaire d’une dizaine de lignes en présentant les enjeux.Ils seront discutés et votés à l’occasion de cette réunion.

Autres infos du labo

le labo nous demande de nous inscrire sur HAL (une forme d’academia, mais institutionnel) : https://hal.archives-ouvertes.fr Il faut simplement de créer un compte, inscrire notre laboratoire de rattachement, nos publications etc.

  •  pour ceux qui le souhaitent : Julie Ridard cherche toujours des contributions pour la rubrique “de surcroît” de la newsletter mensuelle du laboratoire.
  • Si vous avez envie d’écrire un billet pour partager à la communauté vos vos recherches, vos initiatives : julie.ridard@univ-grenoble-alpes.fr

INFO RESOSHS

ResoSHS est un espace d’échanges et de partage d’expériences à destination des associations de jeunes chercheurs ou de groupe de jeunes chercheurs sans rattachement associatif qui souhaitent mettre en place des activités scientifiques ou extra-scientifiques : il s’agit d’actions de valorisation hors des murs de l’université.

Site : http://resoshs.hypotheses.org

(info transmise le 30/11/16 par Ludivine Raimondo  Responsable administrative et financière  04 76 82 68 80 )

PROPOSITION DE REMPLACEMENT DANS UN COLLÈGE À CORENC

Ci-dessous un message de la part de Bertrand Vibert, directeur de la composante ECRIRE de notre laboratoire :

“Un professeur de français du collège du Rondeau-Montfleury à Corenc s’est blessé et est arrêté jusqu’à mi-janvier. M. Clémente, le directeur, est tellement démuni qu’il lance un appel au secours pour trouver un remplaçant pourvu d’au moins une licence de lettres.

Si par hasard vous connaissez un ou deux doctorants (voire étudiants de Master) intéressés par des heures d’enseignement en tant que contractuels dans un collège tranquille, merci de me les signaler.”

 adresse universitaire : bertrand.vibert@univ-grenoble-alpes.fr

RECHERCHE LECTEURS/LECTRICES DE CONTES SYMBOLISTES POUR LE 15/11

Ci-dessous un  message de la part de Bertrand Vibert :

“Je cherche un ou deux lecteurs (ou lectrices) pour lire des extraits de contes symbolistes : librairie Arthaud le 15 novembre entre 18 h et 19 h 30,  dans le cadre de « Textes en scène », manifestation organisée par les ELLUG en partenariat avec la librairie, à l’occasion de la parution du troisième volume des contes symbolistes.”

Il est  joignable sur son adresse universitaire : bertrand.vibert@univ-grenoble-alpes.fr