Actualités des doctorants et doctorantes 2021-2022

 

27-28 septembre 2021 : Festival MYHTES. Anaïs Tillier présente le film Antigone (Sophie Desrape) à MonCiné et donne une conférence-culture à la BU Droit-Lettres de l’UGA (Hélène de Troie, la reine et la putain). Informations.

27 octobre 2021 : Hélène Godin présente le film Hurlements (Joe Dante) au Club. Informations.

15 novembre 2021 : “TROIS CONFÉRENCES SUR LES ARTS DU MOUVEMENT – GESTES DE DANSE, DE CIRQUE, DE SOIN” : 
– Laura Fanouillet & Martin Givors : “Marquer le temps : entraînements, tournées, numéros”
– Lucie Bonnet : “Écrire les pratiques aériennes contemporaines : hybridité de la recherche en cirque”
– Léa Andréoléty : “Les gestes du soin : de la routine vers la performance des rituels”.
Informations

19 novembre 2021 : Séminaire TRANSLATIO : Alexia Dedieu.

24 novembre 2021 : Séminaire “Histoire et histoires” des doctorants et jeunes chercheurs de l’ILCEA4. Célia Mugnier “De la Révolution bolchèvique à la chute de l’URSS (1917-1991): d’un extrême à l’autre dans les anti-utopies post-soviétiques.”

L’hybridité : pratiques et perspectives

Présentation des Actes des Journées doctorales du labo Litt&Arts 2020

Télécharger la présentation en PDF

Arthur Pétin, Camille Page, Sam Racheboeuf, Léa Andréoléty

Pour la cinquième année consécutive, les doctorant·e·s du laboratoire Litt&Arts ont pu organiser, les 29 et 30 septembre 2020, leurs journées doctorales, consacrées cette année à l’hybridité, tant du point de vue des pratiques dans la recherche et les champs littéraire et artistique, que des perspectives que ces gestes hybrides dessinent.

Alors que les journées étaient prévues pour la mi-avril puis ont été reportées du fait de la situation sanitaire, nous avons eu la chance de pouvoir maintenir ces deux jours de rencontres et de discussions entre jeunes chercheur·se·s, et de nous réunir à l’Université Grenoble Alpes, masqué·e·s mais bien présent·e·s. Après un confinement durant lequel nous avions tou·te·s pu mesurer combien les discussions et le partage entre collègues constituaient bien une dimension essentielle de notre travail, il nous semblait d’autant plus important de rendre possible la tenue de ces journées. La publication numérique des actes nous permet de prolonger cet espace de dialogue, et nous remercions vivement notre collègue doctorante, Anaïs Tillier, d’avoir rendu possible la mise en ligne et la valorisation de ces différents travaux. Continuer la lecture

« Les artistes ont-ils peur de Mario et Lara ? », Marie-Laure Delaporte

Résumé 

L’esthétique, les codes, les structures narratives et les dispositifs des jeux vidéo font partie de nombreuses œuvres depuis les années 1990, créées par des artistes appartenant à une génération ayant grandi avec l’émergence du médium puis le développement de sa culture. C’est ainsi qu’une hybridité entre art et jeu vidéo apparaît à travers un médium vidéoludique qui se voit manipulé, détourné et remployé sous la forme de performances, de vidéos ou d’installations. Ces effets d’hybridité qui se jouent dans ce type d’œuvres posent d’autant plus la question du rapport entre jeu vidéo et art, qu’il s’agit d’utiliser l’un des médias de culture de masse les plus industrialisés afin de dénoncer les dérives politico-militaires et socio-économiques de la société de consommation. Étudier la présence du jeu vidéo au sein d’œuvres d’art contemporaines, c’est aussi interroger les prolongements de l’intermédialité, le rapport des nouvelles technologies au réel, la création d’une nouvelle forme d’images hétéroclites et composites.

Mots-clés

jeu vidéo ; intermédialité ; hybridation ; art

Texte intégral

Notice bio-bibliographique

Marie-Laure Delaporte est docteure en histoire de l’art contemporain, diplômée de l’Université Paris Nanterre. Elle est l’auteure d’une thèse intitulée « L’artiste à la caméra : hybridité et transversalité artistiques (1962-2015) », soutenue en décembre 2016. Son intérêt pour les images en mouvement se porte désormais sur les œuvres d’art manipulant et détournant le médium vidéoludique dans une dimension critique et subversive. Elle a mené ses recherches post-doctorales notamment au sein du groupe « Les Arts et les Nouveaux Médias » au Centre allemand d’histoire de l’art – Paris (2019/2020). Elle a également participé au colloque « Le jeu vidéo, au carrefour de l’histoire, des arts et des médias », organisé en 2019, à l’École Émile Cohl (Lyon). Elle est aussi enseignante en histoire de l’art à l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne et Université Paris Nanterre, et enseigne l’anglais à l’Université de Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines.

« Les héros hybrides à travers Hollywood : interroger notre humanité ? », Pierre Bas

Résumé 

Les films mettant en scène des personnages hybrides (monstres, super-héros, ou extra-terrestres) sont récurrents à Hollywood. Toutes ces créatures renvoient d’abord au spectateur l’image de l’altérité mais elles conduisent paradoxalement le spectateur à s’interroger sur ce qui constitue l’humanité : le monstre, la créature étrange, ce sont parfois les individus que l’on croyait « normaux ». Les personnages hybrides touchent le spectateur par leur désir de normalité et leur espoir d’une (impossible ?) appartenance à la communauté humaine. Leur dualité est aussi la nôtre. Ils expriment une fantasmagorie hollywoodienne qui vise à renforcer notre humanisme en dépassant notre humano-centrisme.

Mots-clés

Hollywood ; monstre ; super-héros ; extra-terrestres ; humanité

Texte intégral

Notice bio-bibliographique

Pierre Bas est post-doctorant à l’UMR THALIM, au CNRS, où il poursuit ses recherches sur la narration dans le cinéma hollywoodien. Il a soutenu sa thèse sur « Les Interrelations entre le monde du réel et le monde du fantasme dans le classicisme hollywoodien », sous la direction de Jean-Loup Bourget et Anne-Françoise Benhamou, en novembre 2018. 

Il est l’auteur d’un ouvrage, Je vous trouve très conformiste, édité par Vendémiaire en 2012 et réédité en poche, en 2014, sous le titre Panorama impertinent du cinéma français. Il a également co-écrit le scénario de « Filmus », de Clément Safra, sélectionné au festival de Locarno en 2017. 

« Le conte littéraire russe de la période romantique : un conte populaire transformé ? », Simon Albertino

Résumé 

Dans la littérature russe, le genre du conte est généralement associé au folklore et à la tradition orale. On lui attribue un registre propre, ainsi qu’un style particulier et des symboles caractéristiques. Au cours de la période romantique, le conte a également réussi à se faire une place dans la littérature écrite. On parle alors de conte littéraire. Celui-ci apparaît sous diverses formes, certaines d’entre elles s’inspirant ouvertement d’éléments présents dans les contes populaires. La majorité des études portant sur le conte littéraire ont donc cherché à déterminer quelles étaient les sources de ces nouveaux contes. Au regard de cette approche, le conte littéraire est devenu un genre hybride, intermédiaire entre récit populaire et littéraire. Pourtant, l’existence d’autres contes publiés lors de la même période mais dépourvus de lien évident avec les contes populaires, nous conduit à interroger cette vision systématique du conte littéraire. Au travers de la question de l’hybridité, nous proposons donc de poser un regard différent sur ce genre aux limites encore floues.

Mots-clés

littérature russe ; conte littéraire ; folklore ; romantisme ; genre littéraire

Texte intégral

Notice bio-bibliographique

Simon Albertino a réalisé toutes ses études à l’Université Grenoble Alpes, en licence bi-langue LLCE russe/anglais, avant de s’orienter vers un master recherche russe, toujours à Grenoble. Le sujet de sa thèse porte sur le genre du conte littéraire en Russie durant la période romantique. Son objectif est d’étudier en profondeur des textes encore trop peu connus dans la recherche francophone, et d’apporter un nouveau regard au sein des recherches russophones sur la question. Il est également représentant des doctorants au conseil du laboratoire de l’ILCEA4, ainsi que co-organisateur du séminaire « Histoire & histoires » organisé par l’association Thés’Art.

« Patricia Piccinini, dans l’intimité de la chimère », Vincent Lecomte

Résumé 

Patricia Piccinini s’intéresse au quotidien, au domestique dans une société de la confusion entre le vivant et le non-vivant, un monde de l’hybridation des corps et des objets. Son sujet de prédilection est la chimère, au sens propre comme figuré, puisqu’il s’agit aussi pour elle de suggérer à travers ses œuvres des formes de narration appartenant autant au champ scientifique, à l’iconographie fantastique, qu’à la sphère sociale. Les créatures que l’artiste australienne donne à voir et parfois à côtoyer sont de vivants objets, à la fois présents et absents, qui portent tantôt les traits de l’homme, et surtout de l’enfant, tantôt ceux du monstre. Ouvrant un espace intermédiaire, familier et étrange à la fois, où l’hyperréalisme et l’onirique semblent se confondre, Piccinini retourne sur nos aspirations prométhéennes un miroir moins déformant qu’il n’y paraît.

Mots-clés

chimère ; animal ; intime ; société ; science

Texte intégral

Notice bio-bibliographique

Vincent Lecomte est artiste, chercheur et enseignant. Docteur en esthétique et sciences de l’art, il est membre associé d’ECLLA (Études du Contemporain en Littératures, Langues et Arts) et enseigne l’esthétique et l’histoire des technologies au département Arts plastiques de l’UJM de Saint-Étienne depuis 2010. Sa thèse, « Un Penser animal à l’œuvre », étudie les façons dont l’art convoque l’animal pour mettre en évidence d’autres consciences possibles du monde. Vincent Lecomte est l’un des administrateurs du site Animots (CNRS/EHESS/Sorbonne) et membre du comité scientifique de la revue 2i (Universidade do Minho). Par ailleurs, dans un laboratoire permanent, le dessin, la composition sonore et l’image animée contribuent à alimenter sa recherche, qui prend la forme de l’accrochage, l’installation, la projection ou le concert.

« Entre sein et mamelle : la tétine féminine et animale dans des sources iconographiques du XIIIe au XVe siècle », Hélène Jager

Résumé 

La porosité de la frontière entre le sein et la mamelle dans des sources iconographiques et littéraires médiévales, mais pas exclusivement, met en exergue la perméabilité entre l’animalité et l’humanité ainsi que l’osmose entre la femme et l’animal à travers le prisme de la maternité. L’allaitement d’illustres nourrissons par une chienne et une louve humanise la bête tandis que la couvaison d’œufs de vers à soie par des femmes animalise celles-ci. 

Mots-clés

sein(s) ; mamelles ; sériciculture ; chienne ; louve

Texte intégral

Notice bio-bibliographique

Hélène Jager est doctorante en histoire de l’art médiéval à l’Université Grenoble Alpes (LUHCIE, ED SHPT). Son sujet de thèse porte sur l’hybridité femme-animal dans l’art et la littérature de la fin du Moyen Âge (XIIIe-début XVIe siècle), sous la direction de Laurence Rivière.

« Le Persiles et ses éditions illustrées. Rapports texte/image et esthétique de l’hybridité dans Visiones del Persiles de Felipe Alarcón Echenique », Gislain Arnaud Essome Lele

Résumé 

S’adossant à la théorie néo-structuraliste de Roland Barthes et aux concepts de territoires liés à la philosophie poststructuraliste de Deleuze et Guattari, la présente communication met en scène les dialogues entre l’hypotexte du Persiles et les illustrations contemporaines de l’hispano-cubain Felipe Alarcón Echenique. Il est établi que les deux territoires sémiotiques – textes/images – communiquent, l’un reprenant l’autre et parfois le dépassant. Au même titre que la diégèse textuelle, les illustrations d’Echenique sont parfois des récits iconographiques qui reprennent l’histoire du roman. L’artiste raconte alors l’histoire sans utiliser de mots mais en employant des procédés et des techniques plastiques. Cependant, il la personnalise en peignant des motifs liés à sa biculturalité et à son idéologie socio-religieuse. Le lecteur-spectateur est constamment piégé dans l’entrelacs d’un va-et-vient identitaire, qui provoque de constantes déterritorialisations et reterritorialisations mais aussi un tout à multiples entrées.

Mots-clés

hybridité ; dialogues ; texte et image ; territoires ; intermédialité 

Texte intégral

Notice bio-bibliographique

Gislain Arnaud Essome Lele est enseignant certifié d’espagnol et docteur en Études hispaniques. Il a soutenu sa thèse, menée en cotutelle internationale entre les universités de Jean Monet Saint-Étienne (France) et Maroua (Cameroun) et intitulée « Le texte et ses illustrations. Dialogues intersémiotiques et interculturels : les cas du Persiles et du Quichotte en Europe et en Afrique (XXe et XXIe siècles) » . Il est co-auteur de publications scientifiques sur la glottodidactique (« Enseñanza/aprendizaje del español/LE en la secundaria camerunesa desde una estrategia glotodidáctica endógena para el desarrollo de la competencia »,  in  Revista de Educación, 2019, no 17, pp. 187-202), la linguistique (« Límites y retos de la enseñanza de la lingüística en las universidades de Camerún », Caso de la Escuela Normal Superior de Maroua, Editorial Académica Española, 2019) et d’un recueil de poèmes (Fronteras, balas y lágrimas. Poemario por la paz, la libertad y la posteridad, Yaoundé, Proximité, 2019). Il a été lauréat d’une bourse IDEXLYON en 2020.

“Le film industriel : un objet hybride et sa conservation. L’exemple de Saint-Gobain”, Adèle Yon

Résumé 

La liberté permise par le format du court-métrage, articulée aux exigences promotionnelles des entreprises commanditaires et à l’importance des moyens financiers engagés, font de nombreux films industriels des objets hybrides, entre œuvres expérimentales et productions fonctionnelles. S’appuyant sur le fonds d’archives audiovisuelles de l’entreprise Saint-Gobain, cet article se propose d’interroger l’hybridité du film de commande entre les années 1950 et 1980 à l’aune de ses conditions d’exploitation et du contexte cinématographique de la Nouvelle Vague. Il examinera également les enjeux de conservation de ces œuvres hybrides, que leur dimension commerciale tend à exclure du champ de l’art et du patrimoine culturel. 

 Mots-clés

film industriel ; exploitation cinématographique ; Nouvelle Vague ; archives d’entreprise ; conservation

Texte intégral

Vidéos accompagnant l’article

Extrait 1. Fleurs de feu, de Francis Bouchet, 1960 (3 minutes) :

Extrait 2. La Clef des verres, de Francis Bouchet, 1961 (3 minutes) : 

 

Notice bio-bibliographique

Durant sa scolarité à l’École Normale Supérieure (2014 – 2019), Adèle Yon a effectué un master de philosophie contemporaine à l’EHESS, avant de réaliser un master en études cinématographiques à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3. En septembre 2019, elle a obtenu un contrat doctoral SACRe (ENS / PSL). Codirigée par Antoine de Baecque (ENS) et Antonio Somaini (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), sa recherche vise à explorer les usages et les représentations du verre dans le cinéma et les médias optiques.

« Le Silence des Sirènes », pièce électro-acoustique, Vincent Lecomte

Présentation

Le Silence des sirènes est d’abord un court texte de Franz Kafka, rédigé en 1917, offrant une relecture très personnelle du passage de l’Odyssée dans lequel Circé avertit Ulysse. Cette interprétation du mythe conté par Homère a inspiré Vincent Lecomte qui propose ici une composition électro-acoustique hybridant chants animaux, bruits aquatiques et mécaniques. Le texte, lu par la comédienne Dominique Chenet, entre en dialogue avec un espace sonore qui tantôt fait écho à la narration, soulignant sa dimension allégorique, tantôt porte sur lui un éclairage singulier, étrange, intrigant.

Vincent Lecomte a réalisé cette œuvre à l’occasion des Journées doctorales portant sur « L’hybridité ». Elle est une recomposition conçue à partir d’un concert qu’il a donné en 2017 au Musée d’Allard de Montbrison, lors duquel l’ensemble Artmille interpréta également la pièce de Lili Boulanger intitulée Les Sirènes, partition presque contemporaine de l’écriture du récit de Kafka.

« Les collections de minéraux : un objet d’étude hybride entre arts et sciences, recherche et création », Maddalena Napolitani

Résumé 

Cette contribution étudie les collections de minéraux en tant qu’objets hybrides, présentant des caractéristiques à la fois scientifiques et économiques, mais aussi politiques et artistiques. Je m’intéresse principalement aux collections de l’École des Mines de Paris et à leur histoire, étudiées dans ma thèse de doctorat grâce à une méthode qui croise différentes disciplines, notamment l’histoire de l’art et l’histoire des sciences. Ayant mené cette recherche dans le laboratoire SACRe-PSL (Sciences, Arts, Création, Recherche), un second volet de ce texte s’arrête sur la manière dont ces recherches interdisciplinaires se sont développées au sein de ce cadre. 

Mots-clés

histoire des collections ; collections d’art et sciences ; minéralogie ; cabinets de curiosités 

Texte intégral

Notice bio-bibliographique

Docteure en histoire et théorie des arts, j’ai soutenu ma thèse, Les pierres de la Nation. Les collections minéralogiques de l’École des Mines de Paris (1760-1825) à l’École Normale Supérieure de Paris en novembre 2020. Mes recherches portent sur l’histoire des collections d’art et de sciences et des musées au tournant entre le XVIIIe et le XIXe siècle, ainsi que sur l’histoire des cabinets de curiosités et leur emploi dans les pratiques artistiques et muséographiques contemporaines. Pendant mon doctorat, j’ai collaboré à l’organisation de journées d’études et expositions à ce sujet, et j’ai été ATER en histoire de l’art moderne et contemporaine à l’Université Grenoble Alpes (2017-2019). Je bénéficie à présent d’une bourse de recherche du Centre Allemand d’Histoire de l’Art de Paris.

« La poésie satirique de Charles de Sigogne (1560-1611) : les excès d’une œuvre hybride contre les excès du vice féminin », Jeannie Croset

Résumé 

Cet article se propose d’étudier l’œuvre de Charles de Sigogne, méconnue mais représentative d’une certaine littérature de mauvais genre, outrancière et hybride à bien des égards, qui a fait florès au début du XVIIe siècle. Diffusées dans des recueils de vers satiriques, ces pièces d’une crudité rare présentent par leur forme même un aspect composite notable : l’auteur n’a de cesse d’y recycler ses propres vers, de se réécrire et de réemployer à foison un vivier de topoï de la satire baroque. Les cibles obsessionnelles de ses poèmes, les femmes, deviennent elles-mêmes, par ces bricolages, des créatures hybrides par lesquelles Sigogne prétend dresser un portrait du vice.

Mots-clés

satire ; intertextualité ; réécriture ; monstruosité ; sexisme

Texte intégral

Notice bio-bibliographique

Jeannie Croset est agrégée de lettres modernes et doctorante à l’Université Grenoble Alpes, UMR Litt&Arts. Après un mémoire de recherches consacré aux figures de l’homme difforme dans la littérature de la transition XVIe-XVIIe siècles, elle consacre sa thèse aux phénomènes de réécriture dans les satires de Charles de Sigogne. Son travail s’accompagne d’un projet d’édition numérique de l’œuvre du poète.

« Création esthétique et réalité chez Auguste de Villiers de l’Isle-Adam, Oscar Wilde et Gabriele D’Annunzio : une réponse hybride au dualisme âme-corps », Erika Padova

Résumé 

À travers l’analyse de L’Ève future (1886), The Picture of Dorian Gray (1890) et Forse che sì, forse che no (1910), l’article vise à montrer que dans la deuxième moitié du XIXe siècle, la rupture de l’unité classique du « Beau », du « Bien » et du « Vrai » et la confrontation avec le vide amènent l’artiste à repenser son idéal de beauté. Plus précisément, ces trois romans révèlent que dans la tentative de faire converger l’art et la vie et de recréer l’unité perdue, Villiers, Wilde et D’Annunzio parviennent à concevoir de nouvelles formes idéales de nature hybride.

Mots-clés

hybridité ; beauté ; idéal ; réalité ; crise

Texte intégral

Notice bio-bibliographique

Après avoir obtenu une licence en langues et littératures étrangères à l’Université de Parme et un master international dans le cadre du parcours franco-italien proposé par les universités de Grenoble et de Padoue, Erika Padova prépare actuellement une thèse en littérature générale et comparée au sein du laboratoire Litt&Arts de l’Université Grenoble-Alpes. Sa recherche porte sur l’œuvre d’Auguste de Villiers de l’Isle-Adam, Oscar Wilde et Gabriele D’Annunzio ; plus précisément, elle s’intéresse au rôle de l’imagination dans la redéfinition tant du statut de l’artiste que du rapport entre la vie et l’art au tournant des XIXe et XXe siècles.

« Post-soviétique, post-apocalyptique, post-utopique : l’hybridité dans l’anti-utopie russe contemporaine », Célia Mugnier

Résumé 

Depuis la chute de l’URSS, les monstres ont proliféré dans la littérature post-soviétique. Il s’agit de s’interroger sur les significations contrastées de divers types monstrueux qu’il est possible de croiser dans l’anti-utopie russe. Nous nous demanderons pourquoi des auteurs reconnus s’emparent massivement de tropes issus de la culture populaire de la speculative fiction. Nous pensons qu’il est possible de fournir une explication socio-culturelle à la multiplication des cyborgs, fantômes, et loups-garous dans la littérature russe contemporaine, en lien avec les bouleversements entraînés par la fin de l’utopie soviétique et le passage à l’économie de marché.

Mots-clés

littérature post-soviétique ; anti-utopie ; monstres ; chute de l’URSS ; postmodernisme

Texte intégral

Notice bio-bibliographique

Célia Mugnier est étudiante en littérature comparée/ études slaves à l’Université Grenoble Alpes, UMR Litt&Arts, depuis septembre 2019. Elle a fait ses études et son master de littérature comparée à l’ENS de Lyon. Elle a également été lectrice de français pendant un an à l’Université Lomonossov de Moscou (2016-2017), avant d’être à nouveau lectrice à l’université de Cambridge (2017-2018). Son travail de recherche se fonde sur une comparaison entre anti-utopies post-soviétiques et dystopies nord-américaines contemporaines.