« Faire de la recherche hors du milieu académique », Clément Pelissier

Séminaire doctoral de Litt&Arts – Lundi 22 mars 2021

Compte-rendu par Odile Chatirichvili

1. « Aucun projet au monde ne vaut la peine que ça remplace votre existence » : prendre soin de soi pendant la thèse et après la thèse

La thèse n’est pas un travail anodin et l’après-thèse est un moment difficile ; il n’est pas rare de rencontrer, pendant ou après la thèse, des problèmes de santé physique et psychique (burn-out, dépression). Il ne faut pas hésiter à demander de l’aide, y compris psychologique. Vous n’êtes pas seul·es, et être en galère ou demander de l’aide n’est pas honteux. Il n’y a pas de disgrâce à chercher un suivi psychologique, psychiatrique, ni à prendre des antidépresseurs si c’est utile et nécessaire.

Sur le campus de Grenoble, vous pouvez vous adresser au Centre de santé universitaire, à côté des Taillées. Avec le statut d’étudiant, tout est pris en charge par le centre de santé : les séances de psy couvertes par la sécu (y compris psychologue). Procédure : premier rendez-vous avec une infirmière qui jauge votre cas et détermine à qui il faut vous adresser, puis rendez-vous avec un praticien et mise en place d’un suivi selon les besoins.

NB : Le collège doctoral propose des ateliers de groupe pour parler de ses ressentis pendant la thèse, et des ateliers de sophrologie.

« Est-ce que vous vous souvenez d’un moment où vous n’avez pas pensé à votre thèse? » (question posée par le psy du centre de santé). Au quotidien, il est important de : travailler avec régularité, faire des pauses (pendant la journée et pendant la semaine !), fragmenter ses journées, se mettre des petits objectifs (“aujourd’hui, j’écris 3 paragraphes”), respecter des horaires “de bureau”, ne pas s’imposer le rythme d’un “idéal” de travail démesuré, manger, dormir. L’important aussi est de se connaître, avoir conscience de quand on travaille plus ou moins efficacement, de quels sont nos besoins, de notre propre fatigabilité. L’effort intellectuel est aussi un effort physique !

Et ne pas rester seul·e ! Le contact avec la direction de thèse n’est pas suffisant. Même si la thèse peut apparaître comme un travail solitaire et nécessitant de l’autonomie, l’union fait la force : il ne faut pas hésiter à demander de l’aide aux collègues, aux autres doctorant·e·s, ne pas s’isoler. Cela peut apporter du soutien moral, mais aussi l’assurance qu’une difficulté n’est pas “de notre faute” (mais un problème plus général), ou permettre de créer des actions collectives à différents niveaux.

Clément souligne aussi le cas particulier des doctorant·e·s handicapé·e·s : il n’y en a pas beaucoup car le système rend très difficile d’arriver à ce stade, mais les difficultés peuvent être encore accrues.

Des outils et moyens existent pour réussir à gérer son énergie et son temps de la manière qui nous convient le mieux.

[Pour le rythme de travail : Pomodoro (site ou application qui permet de programmer un minuteur pour des sessions de travail de 25 minutes entrecoupées de petites pauses de 5 ou 15 minutes), LeechBlock ou Forest (add-on de navigateur ou applications qui bloquent l’accès à certains sites pré-enregistrés, sur des créneaux déterminés ; Forest fait en plus pousser un petit arbre virtuel) etc.]

2. « Pour faire une thèse, il faut du café et un plan B » : Difficultés de l’après-thèse, valorisation des compétences et importance du réseau

Intégrer le monde académique après la thèse est vraiment difficile : peu de postes, des logiques de recrutement qui ne prennent pas seulement en compte le mérite (il y a aussi une grande part de chance et des enjeux “politiques”, du piston). Souvent, c’est beaucoup d’énergie dépensée pour peu de résultat.

Pendant la thèse, on n’est pas confrontés au monde de l’emploi. À la sortie, Pôle Emploi n’est pas vraiment indiqué/compétent pour nous trouver du boulot (mais pratique pour trouver des formations). Il vaut mieux se renseigner auprès de l’APEC, Pôle Emploi des cadres (= après niveau master).

Clément ne conseille pas forcément de d’inscrire à Pôle Emploi immédiatement après la soutenance : cela peut être bénéfique de prendre le temps de se reposer, se sécuriser le mental. Même si c’est difficile car on est aussi confronté à la peur de ne rien faire, de ne pas avoir d’avenir.
L’après-thèse est une période qui peut être synonyme de réelle précarité et de difficultés administratives (avec Pôle Emploi, avec la CAF, etc.)

Clément évoque aussi la question de l’AAH (Allocation adulte handicapé) dont le montant, pour le moment, peut être baissé en fonction des revenus du conjoint (ce qui fait qu’une personne handicapée est contrainte de vivre aux crochets de son/sa conjoint·e). Une loi est en cours d’examen pour voter la désolidarisation des revenus dans le calcul de l’AAH.

Clément dit qu’il ne regrette pas d’avoir fait une thèse : ça peut être cruel et très dur mais c’est très formateur. Le système universitaire est cassé, n’est plus adapté à la réalité actuelle mais la formation est importante. La thèse est le plus haut diplôme ; même s’il n’est pas assez valorisé, même si la galère est là, n’amoindrissez jamais le travail de votre thèse.

Au-delà du seul point de vue recherche, même sans révolutionner le monde de la recherche, on acquiert des compétences, des capacités importantes y compris pour le milieu non académique : gestion de projet, recherche d’information, vérification de sources, compilation de données, rédaction, etc.

Et il est possible de faire de la recherche hors du monde académique.

Enjeu : comment le grand public peut-il accéder aux travaux de recherche académique ? Comment notre sujet, nos centres d’intérêt de chercheur·se·s, peuvent sortir hors du monde académique ?

Il est important/utile de valoriser son sujet, de pratiquer la diffusion, de publier (si la direction de thèse l’autorise), même hors du milieu académique.

Dans le cas de Clément : spécialiste des comics, sujet porteur dans les milieux non académiques. Contribution aux Utopiales, animation de l’émission de radio Pop en Stock, modération de tables rondes dans des festivals et conventions sur l’imaginaire (Imaginales d’Epinal), suivi de projets culturels, séjours à l’étranger (dans un contexte universitaire).

Tout cela permet de constituer un réseau (de chercheurs et de non chercheurs), qu’il faut entretenir : tenir ses contacts au courant de ses publications, etc. Cette confrontation, ce brassage des idées permet à des projets de naître.

Après la thèse, Clément crée son auto-entreprise pour être conférencier dans les domaines de l’imaginaire (statut permet d’avoir un n° de SIRET). Le Covid complique tout ça, évidemment.

Clément est toujours affilié à Litt&Arts et participe par ailleurs à des colloques. Pour les droits en BU, il ne passe plus par ce biais, mais il peut s’avérer difficile de conserver son droit d’accès si l’on n’est pas en poste. A bien vérifier auprès de son laboratoire ! 

L’utilisation des réseaux sociaux (Twitter, Instagram, constitution d’un site internet personnel) peut être très utile pour constituer un réseau, faire de la veille et communiquer sur ses recherches et ses productions.

Attention toutefois à l’hygiène de cette utilisation !

3. De Batman à Arthur : Publier un livre sur Kaamelott

« Après la thèse, j’en avais un peu marre des super-héros. Même si le domaine de ma thèse c’était les comics, j’ai des intérêts très éclectiques : je ne suis pas compétent dans tout, mais la formation universitaire donne des outils de travail, une capacité de recherche qui peut s’appliquer à d’autres objets ».

Rencontre début 2020 avec Third (maison d’édition spécialisée dans les œuvres cultes de pop culture, livres documentés mais accessibles) par le réseau (le copain d’une copine). L’éditeur avait lu certaines de mes publications. Proposition d’écrire un livre sur la série Kaamelott, avec idée de surfer sur la vague de la sortie du film (repoussée plusieurs fois, normalement en juillet 2021).

Projet sur plusieurs mois :

  • avril 2020 : signature du contrat
  • novembre 2020 : rendu du manuscrit
  • début 2021 : sortie du livre

Le livre comporte 3 chapitres :

  • situer le sujet, contexte d’apparition de Kaamelott
  • la légende arthurienne
  • des thèmes : la quête, la paternité, l’héritage, etc.

C’est une forme d’écriture différente de ce dont on a l’habitude à l’université : il faut désapprendre les réflexes du chercheur, abandonner le discours très spécialisé. La diffusion scientifique et les écrits destinés au grand public, ça aussi ça s’apprend ! Mais les mécanismes de la recherche sont les mêmes : sources, vérification, bibliographie (à faire au fur et à mesure). Et il y a un dialogue (plus détendu et informel) avec l’éditeur, plutôt qu’avec la direction de thèse, mais cela permet d’avoir des retours et des suggestions sur le texte. La thèse apprend à avoir une discipline de travail, de produire des écrits dans des délais.

Nouveauté par rapport à la recherche académique : être lu, recevoir des réactions ! Et toucher des droits d’auteur (pour les articles universitaires, on ne touche rien du tout) – dont une partie est imposable.



Citer ce billet
Anaïs Tillier (2021, 23 mars). « Faire de la recherche hors du milieu académique », Clément Pelissier. ARTS, SAVOIRS, INDISCIPLINES. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nv2x