Séances

20 NOVEMBRE 2018

“J’aime pas ce que je fais” — atelier-débat animé par Charlotte Guiot — 17h30-19h30, Salle des doctorant·es B325.


18 DÉCEMBRE 2018

“Nos pratiques d’enseignement” — atelier-débat collectif puis goûter de Noël — 17h30-19h30, Salle des doctorant·es.


17-18 JANVIER 2019

“Les musiques du corps” — Masterclass avec Alexandre Yterce, organisée par Laura Fanouillet — 13h30-17h30, grand studio de l’EST.

Après une formation de percussionniste, Alexandre Yterce, compositeur indépendant et metteur en scène, fonde de 1979 à 1981, l’ensemble ADN, groupe de musiciens, plasticiens, comédiens et vidéastes itinérants. Happenings, théâtre improvisé, concerts spontanés, ces expériences le mèneront à donner à travers l’Europe, outre ses propres créations, celles de compositeurs tels que Cage, Stockhausen, etc., qu’il interprétera dans des espaces publics, galeries, universités et musées. En 1988, il réalise ses premières pièces de musique concrète sur bande magnétique, tout en continuant ses compositions instrumentales avec ou sans interactions électroacoustiques. Dès 1989, date de sa première compagnie, T.A.M. (Théâtre. Art. Musique.) – devenue aujourd’hui Compagnie LICENCES –, il donne des actions scéniques, des performances où interprètes, acteurs, danseurs réagissent à diverses combinaisons d’instruments, voix, supports électroacoustiques et vidéo. Ce théâtre musical sur partition qu’il nomme « Dramaphonie » est inspiré de textes littéraires et poétiques d’auteurs tels que Sade, Hölderlin, Nietzsche, Rimbaud, Artaud, Bataille, Trakl. Sa création s’étend aussi aux domaines des arts plastiques et du cinéma. En 1999, il fait paraître le premier numéro de la Revue-Disque LICENCES, ainsi que le Livre-Disque SONOPSYS, série de monographies consacrées aux compositeurs de musique électroacoustique. Il fonde à Paris, en 2000, le Festival annuel LICENCES Brûlures des Langues, lieu de création où se rencontrent les musiques concrète/acousmatique et électronique, la poésie sonore, le théâtre musical et le cinéma expérimental. Cette Masterclass sera l’occasion de découvrir l’organicité du son, les fondements organiques de la musique. À partir du surgissement de la voix et des bruits du corps, nous explorerons les implications physiques, physiologiques, psychologiques et symboliques de leur émission. Une proposition de Laura Fanouillet pour le Séminaire doctoral Litt&Arts 2018-2019, « Arts, Savoirs, Indisciplines ». En collaboration avec l’association Litthesarts et la Direction de la culture et de la culture scientifique de l’UGA.


18 AVRIL 2019

“Interstices du récit et réécritures de l’histoire des pensionnats autochtones du Canada : l’exemple de Tomson Highway et de Richard Wagamese” — conférence de Franck Miroux (Université de Pau et Pays de l’Adour), organisée en partenariat avec Laurence Delpérié (doctorante du Lidilem) — 9h-11h, Petite salle des colloques.

La Commission de Vérité et Réconciliation du Canada (2008-2015) a publié ses conclusions dans un rapport en six volumes qui couvre de manière quasi exhaustive l’histoire des pensionnats autochtones au Canada, ainsi que les enjeux et les répercussions sur les générations futures de ce système. Toutefois, ce rapport ne mentionne pratiquement pas le rôle des pratiques artistiques en tant que moyen de résistance et de reconstruction pour les nombreux artistes autochtones ayant fait l’expérience des pensionnats ou en subissant les conséquences intergénérationnelles. Cette communication se propose donc de s’intéresser à la manière dont Tomson Highway—romancier, dramaturge et musicien cri— et Richard Wagamese —journaliste et romancier anishinaabe— tentent d’apporter des solutions au traumatisme consécutif à l’expérience des pensionnats dans leurs romans respectifs Kiss of the Fur Queen (1998) et Indian Horse (2013). En étudiant des exemples tirés de ces deux romans à forte dimension autobiographique, il deviendra possible de déterminer les stratégies narratives et langagières mises en œuvre pour combler les creux du récit, qui ne sont ni plus ni moins que la métaphore du vide laissé par les pensionnats. Dans un second temps, il conviendra de s’interroger sur la façon dont Highway et Wagamese réinvestissent ces interstices pour y insérer leur réécriture (un contre récit parfois ?) de l’histoire de la scolarisation forcée des enfants autochtones. Les outils d’interprétation et d’expression originaux qui émanent de ces récits savamment métissés ne constituent-ils pas en fait une contribution significative à la (ré)conciliation dont le Canada fait tellement cas depuis une dizaine d’années ?


19 AVRIL 2019

“La machine subjective. Cinéma et casque de RV” — conférence-atelier de Philipe Bédard (UdeM), organisée par Alice Lenay, avec la participation de Benjamin Serveton — 16h30-19h30, Grande salle des colloques.

Nous accueillerons le chercheur québécois Philippe Bédard (UdeM), qui viendra nous parler de nouvelles formes de films visibles au casque de réalité virtuelle.

Face à l’arrivée de la réalité virtuelle dans le domaine populaire, le médium cinématographique fait l’objet d’expérimentations et de transformations bouleversantes, tant au niveau technique que narratif. Cette présentation se penche sur l’appropriation que fait le cinéma du dispositif technique de la réalité virtuelle et sur la tendance de « films en réalité virtuelle » contemporains à vouloir immerger le spectateur dans l’expérience subjective d’un personnage. Quelles raisons (techniques, esthétiques, perceptuelles) poussent ces œuvres à proposer des films « à la première personne »?

Avec l’intervention de Benjamin Serveton, cette proposition sera accompagnée d’expérimentations de films et environnements immersifs au casque de réalité virtuelle.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.