Retours “Prises de parole”

13-14 avril 2022

Depuis quelques années, se manifeste un intérêt nouveau pour la prise de parole, en témoigne la création du « grand oral » au baccalauréat, l’intitulé pouvoirs de la parole du programme de spécialité « humanités, littérature et philosophie » de la classe de première générale, la floraison des concours d’éloquence, ou encore la nomination au Césars du documentaire À voix haute, la force de la parole de Stéphane de Freitas et Ladj Ly que nous avons eu l’occasion de projeté le 12 avril, lors de la séance d’ouverture de ces JD. Les présidentielles mettent immanquablement sur le devant de la scène la question de la prise de parole. Ces Journées Doctorales s’inscrivent donc dans une problématique actuellement en pleine émergence. 

Vouloir prendre la parole questionne la nature de cette action et la manière dont on se la représente. Cet acte de s’en emparer ou simplement de la saisir implique déjà une réflexion sur l’engagement du corps et de l’esprit qu’il induit. Aux premières heures de la linguistique, Ferdinand de Saussure distinguait, au sein du langage, la langue de la parole – une révolution en son temps. Si la langue est décrite comme un fait social, un système de signes existant au sein d’une communauté, la parole est posée en tant qu’acte « individuel de volonté et d’intelligence ».

La parole représente une modalité que l’individu saisit : chacun est susceptible de prendre la parole, et souvent, il peut le faire car on la lui donne. À la fois un don et une prise, la parole est donc un instrument qui doit être protégé, mais aussi régulé en raison de son aspect polémique. Force est de constater que la parole ne sert pas uniquement à véhiculer des informations : elle est une arme. En effet, lorsqu’elle est spontanée, la parole est dangereuse parce qu’elle ne se reprend pas, parce qu’elle est immédiate. Ainsi, nous devons faire preuve de stratégies qui permettent aux mots de durer et de dépasser leurs fragilités dans le temps.

La question de la parole est donc complexe et mêle des disciplines variées au sein des sciences Humaines et sociales : Arts de la scène, Littérature, Cinéma, Linguistique, Histoire, Sociologie, Philosophie, etc. Et il s’agit de mettre en valeur l’interdisciplinarité de ces journées doctorales par la présentation des panels qui mettent en lumière l’universalité de ce thème des prises de parole.



Citer ce billet
Anaïs Tillier (2022, 25 avril). Retours “Prises de parole” ARTS, SAVOIRS, INDISCIPLINES. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nv3b