2021-2022

5 octobre 2021 – 17h30 – salle Jacques Cartier

Rentrée des doctorant·e·s et premier accueil des nouveaux et nouvelles.
Au programme : Présentation du laboratoire par Isabelle Cogitore, directrice de Litt&Arts ; retrouvailles, présentation de la vie doctorale, préparation du Séminaire Doctoral de l’année et lancement de la réflexion sur les Journées Doctorales 2022.

25 octobre 2021 – 17h30 – Doctosalle

Réunion de préparation des Journées Doctorales.

19 janvier 2022 – Séminaire doctoral / séance 1 “Crise et Culture : les Arts face à la crise” – Petite salle des colloques et ZOOM

Nous nous proposons dans cette séance de séminaire, organisée par Célia Mugnier, de questionner le rapport entre les arts et les périodes de crise. La pandémie de Covid-19, mais aussi la catastrophe écologique en cours, nous incitent à repenser les liens entre culture et crise.
En quoi le monde de la culture peut-il fournir un contrepoint intéressant au monde politique pour dépeindre les crises ?
L’on pourra s’interroger rapports d’action et de rétroaction entre crise et culture. Si les crises ont un impact indéniable sur la production culturelle, celui-ci est-il forcément négatif ? Quelles sont les modalités mises en œuvre par les artistes pour s’adapter à la crise, pour la contourner ou, au contraire, s’y confronter directement ? Et, à l’inverse, les arts peuvent-ils avoir un impact sur les crises en cours, et de quelle façon ?
Ce séminaire pourra aussi être l’occasion de s’interroger sur la nature même de la crise, et de ce qu’elle représente dans les imaginaires artistiques et littéraires. Qu’est-ce qui peut être défini comme crise, quels critères permettent de considérer que « nous sommes en crise » ? Cette réflexion pourra être menée à la fois sur le plan politique, et sur le plan esthétique : est-il légitime de parler de crise du roman, du théâtre, de la poésie ? La « crise » peut-elle être appréhendée de façon neutre, ou est-elle toujours déjà idéologique ? Par opposition à quoi la crise est-elle définie ?
En somme, ce séminaire a pour vocation d’examiner les imaginaires de la crise dans les arts. Point de bascule entre la perception de la fin d’un monde (voire de la fin du monde), et la perspective eschatologique d’un renouveau, la crise pose avec une acuité toute particulière le lien entre esthétique, et engagement politique et social.
Programme:
Première Intervention:
Quand la contre-culture s’approprie la Guerre Civile espagnole : le regard des fanzines de la Transition, Charlotte Blanchard, ILCEA4
.
La contre-culture lors de la Transition espagnole offre un territoire en marge pour découvrir une autre histoire dessinée de la Guerre Civile. Ces dessins démontrent que la jeune population s’exprime lors d’un moment de crise, le passage de la dictature à la démocratie, alors que le récit officiel la désigne comme désabusée ou apolitique face au conflit.
Deuxième Intervention:
Des écrivains français en terrain russe : une traversée des crises contemporaines, Alexis Pignol, Litt&Arts.
Aux yeux de certains écrivains français, la Russie semble être un lieu privilégié pour faire l’expérience des crises contemporaines (historique et politique, économique et sociale, écologique). À partir de trois oeuvres très différentes, Un roman russe, d’E. Carrère, Baïkal-Amour, d’O. Rolin et Terminus radieux, d’A. Volodine, il s’agira de réfléchir à l’incarnation russe de ces crises, et à la compréhension qu’en apportent les écrivains, entre géographie sensible et savoir littéraire.

15 février 2022 : date butoir de l’AàC pour les JD 2022

1er mars 2022 – salle 220 MaCi. 14h : séminaire doctoral “Œuvres-mémoires au cinéma et dans les arts de la scène”

  • Célia Jerjini et Anaïs Tillier – Présentation et introduction du séminaire.
  • Hélène Godin (Univ. Grenoble Alpes, Litt&Arts) “Images manquantes, images mangées. Esthétique de la dévoration et de l’embaumement chez Manoel de Oliveira dans Belle toujours (2007)”
  • Marilena Karra (Univ. Toulouse Jean Jaurès II / Univ. Panteion d’Athènes) : “Résurrection et mémoire dans le paradigme de l’histoire figurale de Jean-Luc Godard”

5 avril 2022 – salle de conférence Mediat. 14h – séminaire doctoral “Œuvres-mémoires au cinéma et dans les arts de la scène”

  • Kieran Puillandre (Univ. Grenoble Alpes, LITT&ARTS) : “Aller, temps mort, et retour : Mémoires en route chez Abbas Kiarostami”
  • Maïwenn L’Haridon (Univ. Lyon 2) : “Cité de mémoire dans les Troyennes d’Euripide: mémoire des lieux et traumatisme des crimes, du personnage au spectateur”.

13-14 avril 2022
Journées Doctorales de Litt&Arts : “Prises de parole”. Programme complet

3 mai 2022 – salle Jacques Cartier. 14h séminaire doctoral “Œuvres-mémoires au cinéma et dans les arts de la scène”

  • Marion Guyez (Univ. Grenoble Alpes, LITT&ARTS)
  • Thomas Vallois (Univ. de Strasbourg) : “Le traumatisme de la guerre 1937-1945 dans le cinéma japonais : à propos de quelques figures indociles de la mémoire”

17 mai 2022, 10h : visite de la MaCi en vue du déménagement de la doctosalle (juin).

7 juin 2022 – salle de conférence Mediat. 14hséminaire doctoral “Œuvres-mémoires au cinéma et dans les arts de la scène” + goûter collectif (16h30)

  • Léa Andreolety (Univ. Grenoble Alpes, LITT&ARTS) : “La mémoire de l’apprentissage corporel en soins infirmier” – ouverture thématique
  • Hermann Essoukan Epée (Univ. Grenoble Alpes, LITT&ARTS) : “Poétique de la mémoire chez Jean-Daniel Pollet, Chris Marker et François L. Woukoache : entre réinvention, ressuscitabilité, hybridité et exploration de l’invisible”

8 juin 2022 : Assemblée Générale de Litthésarts, 16h45 devant le Café Littéraire ou par visio.

9 juin 2022 – doctosalle Stendhal, 15h30

Formation à l’utilisation de la plateforme Hypothèses. Ouvert à tous et toutes, s’inscrire auprès d’Anaïs Tillier.

21 juin – Petite salle des colloques – 13h30 Séminaire doctoral / séance 2

Gabrielle Bornancin-Tomasella : “Dispositifs romanesques. Nerval et la littérature carcérale”
Si les études existantes ont pu faire ressortir avec efficacité l’ambiguïté des prisons nervaliennes, il semble pourtant que l’attention exclusive portée à l’imaginaire des prisons ait empêché de prendre pleinement en considération la dimension matérielle des espaces carcéraux chez Nerval – alors que cette matérialité, au-delà même de ses implications pour l’imaginaire, a aussi beaucoup à nous dire. Les prisons nervaliennes sont un lieu où l’on est interné, mais aussi un lieu d’où l’on s’évade : on y entre, on en sort, on y séjourne dans l’intervalle – parfois longtemps. Tantôt inspirée par des monuments réels, dans le corpus nervalien la prison est avant tout un lieu romanesque, pensé et construit en fonction d’une action précise, ayant un impact sur des personnages et sur une intrigue. Parce qu’elle envisage conjointement le texte et ses effets de lecture, la théorie du romanesque semble pertinente pour saisir contextuellement la représentation des lieux carcéraux chez Nerval, à un moment où, un demi-siècle après la prise de la Bastille, la prison est au cœur d’un phénomène de mode.



Citer ce billet
Anaïs Tillier (2021, 10 décembre). 2021-2022. ARTS, SAVOIRS, INDISCIPLINES. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nv37