« Patricia Piccinini, dans l’intimité de la chimère », Vincent Lecomte

Résumé 

Patricia Piccinini s’intéresse au quotidien, au domestique dans une société de la confusion entre le vivant et le non-vivant, un monde de l’hybridation des corps et des objets. Son sujet de prédilection est la chimère, au sens propre comme figuré, puisqu’il s’agit aussi pour elle de suggérer à travers ses œuvres des formes de narration appartenant autant au champ scientifique, à l’iconographie fantastique, qu’à la sphère sociale. Les créatures que l’artiste australienne donne à voir et parfois à côtoyer sont de vivants objets, à la fois présents et absents, qui portent tantôt les traits de l’homme, et surtout de l’enfant, tantôt ceux du monstre. Ouvrant un espace intermédiaire, familier et étrange à la fois, où l’hyperréalisme et l’onirique semblent se confondre, Piccinini retourne sur nos aspirations prométhéennes un miroir moins déformant qu’il n’y paraît.

Mots-clés

chimère ; animal ; intime ; société ; science

Texte intégral

Notice bio-bibliographique

Vincent Lecomte est artiste, chercheur et enseignant. Docteur en esthétique et sciences de l’art, il est membre associé d’ECLLA (Études du Contemporain en Littératures, Langues et Arts) et enseigne l’esthétique et l’histoire des technologies au département Arts plastiques de l’UJM de Saint-Étienne depuis 2010. Sa thèse, « Un Penser animal à l’œuvre », étudie les façons dont l’art convoque l’animal pour mettre en évidence d’autres consciences possibles du monde. Vincent Lecomte est l’un des administrateurs du site Animots (CNRS/EHESS/Sorbonne) et membre du comité scientifique de la revue 2i (Universidade do Minho). Par ailleurs, dans un laboratoire permanent, le dessin, la composition sonore et l’image animée contribuent à alimenter sa recherche, qui prend la forme de l’accrochage, l’installation, la projection ou le concert.