« Les collections de minéraux : un objet d’étude hybride entre arts et sciences, recherche et création », Maddalena Napolitani

Résumé 

Cette contribution étudie les collections de minéraux en tant qu’objets hybrides, présentant des caractéristiques à la fois scientifiques et économiques, mais aussi politiques et artistiques. Je m’intéresse principalement aux collections de l’École des Mines de Paris et à leur histoire, étudiées dans ma thèse de doctorat grâce à une méthode qui croise différentes disciplines, notamment l’histoire de l’art et l’histoire des sciences. Ayant mené cette recherche dans le laboratoire SACRe-PSL (Sciences, Arts, Création, Recherche), un second volet de ce texte s’arrête sur la manière dont ces recherches interdisciplinaires se sont développées au sein de ce cadre. 

Mots-clés

histoire des collections ; collections d’art et sciences ; minéralogie ; cabinets de curiosités 

Texte intégral

Notice bio-bibliographique

Docteure en histoire et théorie des arts, j’ai soutenu ma thèse, Les pierres de la Nation. Les collections minéralogiques de l’École des Mines de Paris (1760-1825) à l’École Normale Supérieure de Paris en novembre 2020. Mes recherches portent sur l’histoire des collections d’art et de sciences et des musées au tournant entre le XVIIIe et le XIXe siècle, ainsi que sur l’histoire des cabinets de curiosités et leur emploi dans les pratiques artistiques et muséographiques contemporaines. Pendant mon doctorat, j’ai collaboré à l’organisation de journées d’études et expositions à ce sujet, et j’ai été ATER en histoire de l’art moderne et contemporaine à l’Université Grenoble Alpes (2017-2019). Je bénéficie à présent d’une bourse de recherche du Centre Allemand d’Histoire de l’Art de Paris.